L'atelier des muses

Plus d'infos

A la (re)découverte de Berthe Di Vito-Delvaux, compositrice liégeoise

Trop souvent oubliées pendant des siècles, les compositrices sont pourtant bien présentes dans l’histoire de la musique. Hélène Michel nous propose un coup de projecteur sur une compositrice belge au corpus musical riche de plus de 150 numéros d’opus.

La compositrice liégeoise Berthe Di Vito-Delvaux, née en 1915, était fille d’un honorable facteur de pianos. Elle a poussé les portes du Conservatoire de Liège à l’âge de 15 ans, elle y deviendra plus tard professeur d’Harmonie et n’en ressortira qu’à l’âge de la retraite. Elève de Léon Jongen, elle a obtenu le Prix de Rome en 1943, avec la Cantate "La navigation d’Ulysse", un évènement rare pour une femme à cette époque. Elle sera d’ailleurs lauréate de nombreux concours renommés.

Berthe Di Vito-Delvaux tenait aussi un salon artistique au 111 de la rue Renory à Angleur, un salon dans la plus pure tradition du XIXe siècle, où se croisaient poètes, peintres, photographes et musiciens. Elle organisera pas moins de Cinquante-quatre soirées et seize expositions en à peine cinq ans.

Les œuvres de Berthe Di Vito-Delvaux comprennent plus de 150 numéros d’opus, dont des concertos, des œuvres orchestrales et de la musique de chambre, des œuvres chorales et de nombreuses de mélodies. Parallèlement la scène l’occupe beaucoup, ce dont témoignent huit opéras, dix ballets et des musiques de scènes.

La compositrice liégeoise est toujours restée fidèle aux principes de sa formation classique. Ses compositions ne sont jamais atonales, elles ne font pas appel au dodécaphonisme. En revanche on retrouve dans certaines de ses compositions de nombreux thèmes de musique folklorique wallonne ou flamande.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK