Festival Musiq3

Plus d'infos

#23 : Chœur de Chambre d'Helsinki - Madrigali nuovi e antichi (Abbaye de La Cambre)

#23 : Chœur de Chambre d’Helsinki - Madrigali nuovi e antichi (Abbaye de La Cambre)
3 images
#23 : Chœur de Chambre d’Helsinki - Madrigali nuovi e antichi (Abbaye de La Cambre) - © Tous droits réservés

Samedi 30 juin 2018, 21:30
Abbaye de La Cambre

Compositeur génial et visionnaire en même temps que marginal et subversif, Gesualdo a laissé une des œuvres les plus originales et surprenantes de la Renaissance, une particularité qu’il partage si étonnamment avec Le Caravage, son strict contemporain. Les madrigaux de Gesualdo, au contenu sensuel et douloureux, ont un pouvoir de séduction et de fascination qui ne laisse aucun auditeur indifférent.

Avec :

Chœur de Chambre d’Helsinki
   Mirjam SOLOMON, soprano
   Elisa HUOVINEN, soprano
   Sirkku RINTAMÄKI, mezzo-soprano
   David HACKSTON, contre-ténor
   Mats LILLHANNUS, ténor
   Antti VAHTOLA, basse
Nils SCHWECKENDIEK, direction

Programme :

Carlo Gesualdo - des Madrigali, Libro Sesto :
   Se la mia morte brami
   Beltà, poi che t'assenti
   Tu piangi, o Filli mia
   Chiaro risplender suole

Claudio Ambrosini - Soliloquy
Carlo Gesualdo - des Madrigali, Libro Sesto :
   Io parto, e non più dissi
   Mille volte il dì moro
   Candido e verde fiore
   Moro, lasso, al mio duolo
   Già piansi nel dolore

   Quando ridente e bella

TARIFS

  • - 26 : 9€
  • +26 : 12€

Achetez vos places pour ce concert.

Avec le soutien de

Commentaires sur le concert

Programme très attendu du Festival, le Chœur de Chambre d’Helsinki s’ouvre à la musique italienne avec deux compositeurs phares de leur génération, tissant un lien étroit entre l’esthétique de la Renaissance et celle de notre époque. Le Libro sesto de Carlo Gesualdo publié en 1611 est le recueil de Madrigaux le plus déroutant de son temps. Les enchainements harmoniques surprenants plongent l’auditeur dans les méandres d’un esprit libre et torturé. Marquant la volonté de représenter musicalement la violence des images poétiques, ces madrigaux sont un exemple stupéfiant de la maîtrise et de l’ingéniosité du prince-compositeur-meurtrier qu’était Gesualdo. Ce statut social l’a certainement dégagé de toutes contraintes d’écriture formelle, n’ayant de compte à rendre à aucune autorité. Le meurtre commandité de son épouse et de l’amant de celle-ci ont plongé Gesualdo dans un monde où l’amour est vécu comme une torture et l’art une voie vers la rédemption. On peut donc voir Soliloquy de Claudio Ambrosini comme un écho contemporain à l’oeuvre de Gesualdo. Composé en 2003 puis adapté en 2015 pour huit voix, on y retrouve ce même désir de porter les mots et les affects en musique. Composé sur un poème de l’américaine Sylvia Plath, dont l’œuvre entière est lue comme la chronique de son suicide annoncé, Soliloquy est un fourmillement d’ingéniosités acoustique et sensoriel qui, comme la musique de Gesualdo, nous font basculer sans cesse de l’ombre vers la lumière.

Julie Calbète

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK