Demandez le programme

Plus d'infos

Tyrannic Love, Louis-Noël Bestion de Camboulas nous dévoile des pièces amoureuses méconnues de Purcell

Louis-Noël Bestion de Camboulas nous présente "Tyrannic Love", une sélection d’œuvres du paysage baroque anglais de la fin du XVIIe siècle. Enregistré par l’ensemble "les Surprises" chez Alpha, cet album nous fait découvrir différentes facettes de l’amour, décrites par le compositeur Henry Purcell à travers ses compositions un peu plus méconnues. Œuvres de Purcell, mais également de ses confrères et disciples contemporains : John Blow, John Eccles, Jeremiah Clarke ou Daniel Purcell

Louis-Noël Bestion de Camboulas, d’abord organiste et claviériste, est l’invité de Brigitte Mahaux dans Demandez le programme pour parler de son nouvel album, enregistré avec l’ensemble "Les Surprises".

Les masques, du théâtre et de la musique à la période Elisabéthaine

Tyrannic Love illustre le genre musical de la fin du XVIIe siècle en Angleterre. A cette époque, en particulier à Londres, le théâtre reprend vie, notamment sous une nouvelle forme, mêlant théâtre et musique : "les masques". Ces "maks" sont un genre typiquement anglais où la musique est au service des pièces de théâtres.

"Tyrannic Love c’est le titre d’un des masques pour lequel Purcell a écrit de la musique. Je trouvais que ça définissait assez bien une des facettes de l’amour pour lequel Purcell écrit vraiment très bien : l’amour tyrannique […]. Dans ces masques anglais, il y a des choses très contrastées, de l’amour un peu grinçant, grimaçant, avec de l’humour assez fort. Des choses parfois tragiques, et parfois plus légères. Quelles qu’elles soient, Purcell est très fort pour montrer ça."

Louis-Noël Bestion de Camboulas et "les Surprises", ce n’est pas une histoire nouvelle. Ce sont des artistes qui se connaissent depuis longtemps, tant musicalement qu’humainement. Une harmonie indispensable selon le chef d’orchestre, pour entretenir leur passion commune de travailler la musique d’opéra sur instruments anciens, et au départ de partitions oubliées….
Ils aspirent à faire découvrir la complexité de l’opéra. Le nom de l’ensemble provient d’ailleurs d’un opéra moins connu de Jean-Philippe Rameau "Les Surprises de l’Amour"

C’est donc sans surprise que cet album illustre l’envie "d’explorer la musique d’opéra dans tous ses états", même les plus déraisonnables.

Un entretien à écouter ci-dessous

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK