Demandez le programme

Plus d'infos

Speranza Scappucci à la tête de "Aïda" de Giuseppe Verdi

Camille De Rijck recevait le maestro Speranza Scappucci, qui dirige à partir de ce mardi 26 février la nouvelle production de l'Opéra Royal de Wallonie, Aïda de Giuseppe Verdi. 

Speranza Scappucci

Cheffe Principale attitrée de l’Opéra Royal de Wallonie-Liège depuis 2017, Speranza Scappucci est considérée comme l’une des cheffes d’orchestre les plus intéressantes de sa génération sur la scène internationale. Diplômée de la Juilliard School et du Conservatoire Santa Cecilia de Rome, elle fait des débuts très remarqués, salués tant par le public que par la critique, en 2016 avec La Traviata et La Cenerentola au Staatsoper de Vienne, dont elle dirige également l’Orchestre dans le cadre de l’ouverture du "Wiener Opernball 2017" et Don Pasquale en juin 2017.

Elle dirige cette saison l'opéra Aïda de Giuseppe Verdi et vous pourrez également la retrouver à la baguette de l'Orchestre de l'Opéra Royal de Wallonie en juin prochain, dans I puritani de Vicenzo Bellini. 

La genèse de l'opéra

C'est à l'occasion de l'inauguration du Canal de Suez que le khédive égyptien, Ismaïl Pacha, désireux de marquer les festivités par un grand spectacle d'opéra, commande l'opéra Aïda à Giuseppe Verdi. Prévue pour le début de l'année 1871, la création de l'opéra se fit en décembre de la même année, dans le tout nouvel Opéra du Caire, construit spécialement pour l'occasion. C'est le célèbre égyptologue Mariette qui avait fourni l'idée de l'opéra et avait suivi la mise en scène pour que celle-ci soit la plus conforme à ce qu'il savait de l'ancienne Egypte. 

Couronné de succès dès sa première représentation au Caire, l'opéra fut rapidement créé à La Scala de Milan, deux mois plus tard, en 1872. Verdi dirigera la première de l'opéra à Paris, en 1880.  

L'oeuvre

Le rôle d’Aida, très exigeant, avait été écrit pour la grande Teresa Stolz qui en assura la première italienne. Dans l’immense partition, les thèmes verdiens convergent en une dramaturgie exceptionnelle. La patrie, l’autorité paternelle, la trahison, la fidélité, l’amour et la mort s’associent à un chant exceptionnel soutenu par un chœur somptueux et un orchestre dont le symphonisme illustre le grandiose spectacle … jusqu’à l’usage des fameuses trompettes thébaines de forme antique qui font encore la célébrité d’Aida.

L'intrigue

Amneris, la fille du Pharaon, aime le capitaine égyptien, Radamès, lui-même épris de la jeune esclave Aida, fille du roi d’Éthiopie captif. Radamès, après la gloire du vainqueur, subit le déshonneur en trahissant les siens par amour pour Aida. Condamné à mort, il est enterré vivant. Aida choisit pour sa part de partager le supplice de Radamès et meurt avec lui.

Opéra Royal de Wallonie

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK