Demandez le programme

Du lundi au vendredi de 12:02 à 13:00 sur Musiq3

Plus d'infos

Shirly Laub et Mireille Kovac : "Pouvoir jouer devant de vraies personnes était une joie vitale"

Les violonistes Shirly Laub et Mireille Kovac sont les invités de Fabrice Kada dans Demandez le programme. Alors qu’elles ont donné leur premier concert en plusieurs mois de temps – un concert dans l’une des boules de l’Atomium à l’occasion de la Fête de l’Iris – les deux musiciennes nous parlent de la valeur essentielle de la musique vivante, jouée en live devant un vrai public.

Ce week-end c’est la Fête de l’Iris, la fête de la Région de Bruxelles-Capitale. Pas mal d’événements s’organisent malgré les circonstances actuelles et notamment une série de concerts dans des lieux symboliques de la capitale. Des concerts sans public malheureusement mais à suivre sur la plateforme Auvio de la RTBF dès ce vendredi 7 mai à 20h. L’un de ces concerts s’est déroulé dans l’une des boules de l’Atomium, qui a accueilli les jeunes musiciens de l’Orchestre du Festival Musiq3, fondé et dirigé par la violoniste Shirly Laub.

Et parmi ces jeunes musiciens, fraîchement diplômés du Conservatoire royal de Bruxelles, qui se sont retrouvés sans aucune perspective en raison de la crise sanitaire, on retrouve Mireille Kovac, violoniste et ancienne membre de l’Orchestre du Festival Musiq3. Concertmeisterin au sein des Young Belgian Strings, Mireille Kovac joue régulièrement (depuis 2016) avec l’orchestre Symphonique d’Anvers, l’Orchestre National de Belgique et le Brussels Philharmonic.

Le week-end dernier, Shirly Laub a retrouvé les membres de l’Orchestre du Festival Musiq3, qui n’avaient plus joué ensemble depuis des mois, pour un petit concert en plein air, organisé sur la Place Sainte-Croix à Ixelles, dans le cadre du mouvement Still Standing for Culture. Un moment suspendu et précieux tant pour les musiciens que pour la cinquantaine de personnes – passants, mélomanes, curieux, enfants – qui étaient présents sur place.

"On ne se doutait pas qu’on allait à ce point réagir à fleur de peau" explique Shirly Laub. "Quand on est musicien, notre but est de communiquer la musique grâce à son instrument à des gens, pas à des écrans, et pouvoir jouer devant de "vraies" personnes – il y avait une cinquantaine de personnes qui étaient assises plus d’autres passants qui restaient debout - ça nous a fait carrément un effet bœuf, un effet du quatrième chakra physique, qui a fait que l’on a presque tous éclaté en larmes, en tout cas, on avait les larmes aux yeux, et pouvoir jouer était non seulement une fête mais c’était un besoin, autant pour les jeunes qui jouaient que pour les gens qui recevaient la musique. C’était une espèce de joie vitale qui dépassait complètement ce qu’on peut décrire comme besoin de culture, qui peut parfois sonner creux."

Mireille était, elle aussi, présente ce samedi 1er mai sur la Place Sainte-Croix : "Le fait de voir des gens rassemblés devant nous, d’entendre leur réaction, de les voir, on a été transportés nous-mêmes par la musique et par cette osmose qui s’est créée avec un public retrouvé".

Ces deux concerts, donnés à l’occasion de Still Standing for Culture d’une part et de la Fête de l’Iris d’autre part, sont un très beau prélude à la fête que nous espérons vivre à la fin du mois de juin, avec les 10 ans du Festival Musiq3, qui devrait bien avoir lieu en présence un public.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK