Demandez le programme

Plus d'infos

La Porte du Paradis

Quand la musique naît d'un tableau d'Hans Memling

Dieu le Père entouré d’anges chanteurs et musiciens d'Hans Memling, fin du XVe siècle, Musée Royal des Beaux-Arts d'Anvers © kmska

Temps de lecture...

Et si les instruments de musique du XVe siècle, représentés sur une peinture, existaient réellement ? Quels sons et quelle musique produiraient-ils ? Voilà le défi que s’est donné l’ensemble à vent historique Oltremontano et de leur directeur artiste Wim Bécu : s’inspirer des instruments présents dans une peinture d’Hans Memling, les créer et ensuite, les jouer, aux côtés du Tiburtina Ensemble et de leur cheffe Barbora Kabatkova.

Artistes en résidence au Musée des Beaux-Arts d’Anvers, l’ensemble Oltremontano et Wim Bécu se sont rapidement intéressés à un tableau qui venait d’être restauré, Dieu le Père entouré d’anges chanteurs et musiciens d’Hans Memling. Un triptyque monumental, chef-d’œuvre de la peinture brugeoise du XVe siècle, qui représente un Chœur d’ange et de musiciens entourant Dieu le Père. Il vient alors une idée à Wim Bécu : reconstituer ce concert des anges, en lançant un projet interdisciplinaire qui aura pour but de reconstituer les instruments de musique présents dans le tableau et d’interpréter la musique qu’auraient pu jouer ces anges.

8 images
Dieu le Père entouré d’anges chanteurs et musiciens d’Hans Memling, fin du XVe siècle, Musée Royal des Beaux-Arts d’Anvers © kmska

Ce concert des anges a été peint par Hans Memling, grand peintre s’apparentant à l’école des primitifs flamands, à la fin du XVe siècle. Ce triptyque est le dernier reliquat d’un retable monumental, dont les autres panneaux ont malheureusement disparu. Il s’agit d’une commande espagnole, destinée à décorer l’orgue du monastère Santa Maria la Real de Nájera, l’ancien panthéon des rois de Navarre. C’est pourquoi on parle aussi du "Retable de Santa María la Real de Nájera" pour désigner l’œuvre, qui a été acquise au XIXe siècle par le Musée des Beaux-Arts d’Anvers.

8 images
Dieu le Père entouré d’anges chanteurs et musiciens d’Hans Memling, fin du XVe siècle, Musée Royal des Beaux-Arts d’Anvers © Domaine Public

Réalisme des instruments de musique peints par Memling

Sur ce triptyque, récemment restauré par le Musée des Beaux-Arts d’Anvers, on voit au centre le Saint-Esprit, en Christ Pantocrator bénissant, entouré de seize anges chanteurs et musiciens : sur le panneau central, six anges chanteurs, portant un codex, entourent Dieu. Ensuite, on trouve dix musiciens, répartis de part et d’autre du panneau central.

À lire aussi : Quand des partitions musicales se cachent dans des tableaux

Et ce sont précisément ces musiciens qui ont intéressé Wim Bécu, puisqu’ils apportent la preuve des instruments qui ont probablement existé à l’époque d’Hans Memling. Les grandes dimensions du triptyque permettent une étude détaillée des instruments, représentés pratiquement en grandeur nature. Au-delà de l’observation de ceux-ci, Wim Bécu a voulu reconstituer "à l’identique" les instruments des anges. Il s’est donc entouré de différents experts et musicologue qui ont travaillé ensemble pour déterminer la nature de ces instruments.

8 images
Détail d’un luth du triptyque Dieu le Père entouré d’anges chanteurs et musiciens d’Hans Memling, Musée des Beaux-Arts d’Anvers © kmska
Détail d’un tambourin à cordes du triptyque Dieu le Père entouré d’anges chanteurs et musiciens d’Hans Memling, Musée des Beaux-Arts d’Anvers © kmska
Détail des instruments à vent du triptyque Dieu le Père entouré d’anges chanteurs et musiciens d’Hans Memling, Musée des Beaux-Arts d’Anvers © kmska

Une fois l’étude minutieuse de tous les instruments présents sur le triptyque réalisée, Wim Bécu s’est tourné vers le Centre pour la construction des instruments de musique de Puurs (CMB), dans la région anversoise, pour la construction des instruments en bois, tandis que Néerlandais Geert Jan Vanderheide s’est occupé des différentes trompettes.

8 images
Détail du panneau droit du triptyque Dieu le Père entouré d’anges chanteurs et musiciens d’Hans Memling, Musée des Beaux-Arts d’Anvers © kmska

La musique des anges

Si les instruments si bien visibles sur ce tableau de Memling, les partitions portées par les anges chanteurs, en revanche, ne sont pas identifiables. Et pour constituer le programme musical du disque, Barbora Kabatkova, cheffe du Tiburtina Ensemble, a dû faire "un travail d’imagination" pour qu’on puisse savoir quelle était la musique au temps d’Hans Memling mais aussi qu’on puisse savoir quelle pourrait être la musique inspirée par cette œuvre du primitif flamand. Au micro de Camille De Rijck, Barbora Kabatkova explique qu’elle s’est beaucoup inspirée de l’Assomption de la Vierge Marie, de la Résurrection du Christ et du Saint-Esprit en général.

À lire aussi : L’hymne à Nikkal, la plus ancienne partition musicale connue au monde se dévoile en musique

Elle s’est également beaucoup intéressée aux manuscrits de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle qui se trouvaient à Bruges, parce que c’est là que Memling a travaillé lorsqu’il a peint cette œuvre monumentale. Ainsi, sur ce disque, intitulé Paradisi porte, l’Ensemble Oltremontano, le Tiburtina Ensemble et l’ensemble vocal Psallentes interprètent des chants grégoriens, mais également des compositions de G. Dufay, G. Binchois, J. Dunstable ou encore J. Obrecht, ainsi que de la musique improvisée. 

Barbora Kabatkova est au micro de Camille De Rijck