Demandez le programme

Du lundi au vendredi de 12:02 à 13:00 sur Musiq3

Plus d'infos

La musique dans la vie, dans l’œuvre et dans la correspondance de Félicien Rops

Si l’on connaît Félicien Rops pour ses peintures, ses dessins et ses gravures, parfois très sulfureux pour l’époque, peu de gens savent qu’il était aussi un grand mélomane. Avec Véronique Carpiaux, conservatrice au Musée Rops de Namur, d’où est originaire l’artiste, Camille De Rijck propose une promenade dans la correspondance de Rops, évocatrice de son goût pour la musique classique.

Félicien Rops, une œuvre particulière

Félicien Rops est une figure emblématique de la ville de Namur. Enfant du XIXe siècle, il est né à Namur en 1833 et est mort à Essonnes en 1898. Ce XIXe siècle dans lequel a vécu Rops a été marqué par de nombreuses découvertes sur le plan scientifique, technologique, mais aussi dans le domaine de la pensée et de la psychologie. Félicien Rops va véritablement traverser toutes ces recherches, c’est quelqu’un de très curieux, de très littéraire, très musical.

Il va réaliser une œuvre un peu particulière, dans sa jeunesse plutôt orientée vers la caricature, vers le côté réaliste d’un Gustave Courbet. Et puis, plus tard, pendant ses années à Paris, il va s’intéresser à la littérature. En 1864, à Namur, il va rencontrer Charles Baudelaire, une rencontre marquante et déterminante pour la suite de sa vie. Il va d’ailleurs réaliser pour le poète, qui est vraiment la star de l’époque, un frontispice, le frontispice du recueil Les Epaves, un recueil de poèmes de Baudelaire qui avaient d’ailleurs été interdits et qui avaient été publiés à Bruxelles un peu sous le manteau à Bruxelles. À partir de cette collaboration Rops va développer une carrière d’illustrateur et de pornographe. 

4 images
Frontispice "Les Épaves", recueil de poèmes de Baudelaire © Gallica

Les affinités musicales de Félicien Rops à travers sa correspondance

Félicien Rops était un vrai mélomane, et a accordé une place importante à la musique dans sa vie et dans son œuvre. En effet, il était un habitué des opéras belges et parisiens et très tôt, il faisait des caricatures de nombre de musiciens dans le journal qu’il crée en 1856, Uylenspiegel. Il n’hésite pas non plus à représenter des musiques diverses et variées. Le musée Rops a d’ailleurs répertorié un grand nombre de ces caricatures de musiciens et de croquis de la vie musicale.

Au-delà de ce témoignage pictural, on retrouve la trace de ce goût de la musique dans l’abondante correspondance de Félicien Rops, que les équipes du musée de Namur ont indexée et a rendue accessible à tous gratuitement sur le site internet du musée.

Rops était un épistolier formidable, il était d’ailleurs reconnu à son époque comme étant un artiste-écrivain de grand talent. Il publiait parfois des lettres dans des revues.

Tout au long de l’émission de Camille De Rijck, vous pourrez entendre des lectures de lettres de Félicien Rops qui ont trait au rapport qu’entretenait Rops avec la musique classique. Une émission que vous pouvez écouter ci-dessous

 

Dans une marginalia – à savoir une gravure avec texte ou dessin en marge – Rops parle et représente le "Père Büch", un musicien allemand qui vivait à Namur et qui lui a appris le solfège vers 1850, alors qu’il avait 17 ans.

D’autres lettres attestent également que la musique était une source de réconfort pour le jeune Félicien Rops.

Rops s’amuse aussi beaucoup à railler, gentiment, certains compositeurs, comme Wagner, qui a inspiré de nombreux artistes du XIXe siècle.

"Je suis Wagnérien, je suis prêt à retourner à Beyreuth&j’y prendrai un plaisir extrême, mais pas d’explications ! Ce bon Richter le chef d’orchestre de Wagner qui est de mes amis, a essayé six fois de m’expliquer la pensée du Rheingold & il finissait par me dire "c’est imbossip à ragonter !""

Extrait d’une lettre de Félicien Rops, à lire dans son intégralité sur le site Ropslettres.be.

Pour Rops, la musique est intimement liée à la nature. Le vent et les arbres évoquent pour lui le plus beau des concerts.

Retrouvez l’abondante correspondance de Félicien Rops sur le site Ropslettres.be et ainsi que toute la collection picturale de l’artiste au Musée Félicien Rops.

Le Musée Rops à Namur est ouvert !

Tout au long de la période de confinement où le musée a été contraint de fermer ses portes, le Musée Rops a continué à maintenir un lien avec son public, en proposant des "hotlines", des visites virtuelles et interactives données par des comédiens de la Compagnie des Bonimenteurs ou encore une visite virtuelle particulière autour de la série de la Dame au pantin en compagnie d’un mentaliste.

Depuis le 19 mai, le Musée Rops a rouvert ses portes au public et a mis en place toute une procédure qui permet de respecter les règles sanitaires en vigueur en lien avec la pandémie de coronavirus.

  • Il est demandé aux visiteurs de réserver leur billet à l’avance, sur internet ou par téléphone.
  • Un sens de visite, sans retour en arrière possible, a été mis en place
  • Le port du masque est obligatoire et du désinfectant est mis à disposition.

Toutes les informations concernant la préparation et le déroulement de la visite sont disponibles sur le site du Musée Rops.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK