Demandez le programme

Du lundi au vendredi de 12:02 à 13:00 sur Musiq3

Plus d'infos

"Histoires pour enfants à ne plus mettre entre les mains des enfants", des contes illustrés par le père de Catherine Ringer

Il était une fois… Tous les contes qu’on nous racontait étant enfants commencent par cette formule célèbre. Catherine Ringer – cofondatrice du célèbre groupe des Rita Mitsouko – et l’éditeur Bruno Wajskop nous font découvrir des contes très peu connus écrits par l’auteur Sholem Aleikhem publiés aux éditions Marque belge et illustrés par des dessins de Sam Ringer.

Sholem Aleikhem, le premier auteur de contes pour enfants en langue yiddish

Écrivain ukrainien de langue yiddish, Sholem Aleikhem a terminé sa vie en Amérique. Il est très populaire de son vivant et est l’auteur de nombreux romans, nouvelles et pièces de théâtre. Peu de gens savent que la célèbre comédie musicale Un violon sur le toit est basée sur le roman éponyme d’Aleikhem.

Traduire du yiddish, toute une aventure

L’histoire de ce recueil Histoires pour enfants à ne plus mettre entre les mains des enfants commence lorsque Bruno Wajskop, éditeur, rencontre Arthur Langerman, passionné par la culture et la langue yiddish. Langerman a présenté l’œuvre d’Aleikhem et s’est lancé dans la traduction des contes en langue yiddish, ce qui n’est pas une promenade de santé car les termes yiddish sont difficilement transposables en français et très désuètes.

Des illustrations de Sam Ringer

Pour illustrer ces contes, Bruno Wajskop a fait appel à Catherine Ringer et aux formidables illustrations réalisées par son père, Sam Ringer, juste après la Seconde Guerre Mondiale.

Ses dessins d’un village juif polonais, inspirés d’une nouvelle du grand écrivain Sholem Aleichem, sont un témoignage essentiel du quotidien des Juifs ashkénazes avant la Shoah.

► Présentation de la lanterne magique de Sam Ringer au Musée d’art et d’histoire du judaïsme, à Paris (Arte).

Sam Ringer était un formidable peintre et Catherine Ringer se donne pour mission de faire découvrir son œuvre. Et c’est dans ce contexte que Bruno Wajskop s’est associé à la chanteuse pour illustrer les contes d’Aleikhem.

 

"Histoires pour enfants à ne plus mettre entre les mains des enfants " : Présentation de l’éditeur

Oserez-vous raconter ces terribles histoires à vos enfants ?

Le décor : l’Ukraine au début du XXe siècle.

Ces contes cruels et drôles mettent en scène tantôt un vieux cheval (Mathusalem), une petite fille " différente " (Créature), des garnements et leur maître d’école, un chien errant (Rabtshik)… 

La fête, la mort, les peines, la joie et la fraternité s’y côtoient dans des contes à portée universelle qui taquinent et interrogent la tradition.

Sholem Aleikhem dépeint le shtetl – le village – en cette époque où l’on parlait yiddish. Sa magie narrative exceptionnelle fait passer des larmes au rire.

Un trésor d’humour et de sagesse.

Illustrations de Sam Ringer. Traduction : Arthur Langerman.

Editions Marque belge

L’interview avec les extraits musicaux

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK