Demandez le programme

Du lundi au vendredi de 12:02 à 13:00 sur Musiq3

Plus d'infos

Diana Damrau au royaume des reines Tudor, héroïnes de Donizetti

Diana Damrau s’est hissée depuis plusieurs années au plus haut niveau des sopranos coloratures internationales. Elle consacre son nouvel enregistrement aux reines Tudor, héroïnes de Donizetti : Anna Bolena, Maria Stuarda et Elizabeth I (Roberto Devereux).

Au micro de Camille De Rijck, la soprano allemande nous parle de ces trois femmes, ces trois reines qui ont dû sacrifier une part de leur féminité pour endosser de grandes responsabilités… Un entretien passionnant à découvrir ci-dessous. 

Ces trois opéras sur des reines Tudor sont des ouvrages de bel canto fascinants. Ces reines, à la fois fortes et vulnérables, soumettent depuis leur naissance toute leur personne aux exigences de la couronne avec tous les devoirs et les fardeaux que cela suppose. Donizetti fait passer ces reines par une intense gamme de sentiments et les montre dans toute leur féminité. Sa musique laisse une grande liberté à la voix et la soutient par un climat, une énergie et de merveilleuses mélodies.

Diana Damrau brille de mille feux dans ces rôles grâce notamment à la musicalité et l’énergie exceptionnelles du maestro Antonio Pappano, qui était également l’invité de Camille De Rijck il y a quelques semaines, et de son Orchestre et les chœurs de l’Académie Sainte-Cécile.

La soprano allemande Diana Damrau nous parle, au micro de Camille De Rijck, de l’enregistrement de ce nouvel album, mais aussi de ces femmes qu’elle incarne dans ce disque qui a été pensé plutôt comme un enregistrement d’opéras plutôt qu’un enregistrement d’airs.

Dans l’opéra Roberto Devereux de Donizetti, Diana Damrau incarne la reine Elizabeth I. Elle nous parle de ce personnage :

"Pour moi, Elizabeth I est la reine la plus importante car elle est présente dans les trois opéras de Donizetti [dont il est question dans cet album]. Dans Anna Bolena, c’est la petite Elisabeth qui est présente. Et dans Maria Starda, il y a une confrontation entre Marie Stuart et Elizabeth I, qui historiquement n’a jamais eu lieu, mais qui est un coup de théâtre imaginé par Donizetti qui est incroyable. Et dans Roberto Devereux, on voit vraiment l’image d’une reine forte, qui a tout sacrifié pour son pays, en négligeant toutes ses émotions… On se rend compte de ce que pouvait être le poids d’être reine par naissance, être tout le temps en danger de mort, être tout le temps seule avec des grandes responsabilités…"

Tudor Queens de Diana Damrau, enregistré avec l’Orchestre et les Choeurs de l’Academia di Sainta-Cecilia de Rome dirigé par Antonio Pappano, a paru chez Erato.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK