Dans l'Air du Temps

Plus d'infos

Dans l’air du confinement : un sens à nos mains

À cette heure, tout se réinvente, se requestionne…

Et même un geste qui serait inné.

L’applaudissement.

Ce drôle de geste du corps, comme pour les mots, il peut s’habiller de chaleur, de distance, de colère, d’enthousiasme mesuré ou non, d’envie de fête, de rage…

Nous avons déjà été témoins amusé.e.s de cet enfant à qui on apprend à claquer des mains pour partager son enthousiasme… Et qui par mimétisme intègre le code du " Bravo ". Depuis notre plus jeune âge, on nous apprend à nous féliciter, nous encourager comme un réflexe…

Deux mains qui "se battent" l’une l’autre.

Il y a dans ce mouvement de battre quelque chose de violent, ma main va frapper une peau. L’objectif est sonore. L’effet est vigoureux. Ma droite va filer une baffe à ma gauche, et connaissant ma gauche elle va lui rendre à ma droite.

Ce combat-là provoque un picotement plus ou moins sérieux. Selon la force et mon état, mes mains, voir mon corps entier va en sentir l’effet quelques secondes…

Dans les cours de formations corporelles que j’ai reçus, j’ai appris que là où il n’y avait pas de vibration, il y avait tension, et s’il y a tension, il n’y a pas de vie. Le son, le souffle, le mouvement ne peut passer.

Lorsque je suis spectateur d’une prestation artistique, je suis un acteur du spectacle, acteur silencieux, la plupart du temps assis, mon attention fixée vers un centre où avec mes congénères spectateurs nous avons décidé de regarder ensemble et individuellement avec respect (théoriquement !). Nous adhérons au code d’un relatif silence et de l’attente d’une fin de prestation pour que ce soit à notre tour de nous exprimer. Et à ce moment, le code spectaculaire veut que, chacun librement face sa variation autour d’un seul thème : Clap clap clap. Selon mon appréciation, je participe à ce mouvement pour marquer mon sentiment après ce que je viens de voir à l’instant T, mais aussi aux heures de travaux auxquels je n’ai pas assisté et que ça a exigés pour en arriver là.

Depuis quelques jours, à différents endroits du globe, les fenêtres s’ouvrent, les mains passent, et d’une façon ou d’une autre l’air est impacté de cette vibration… Celle qui rassemble des gens qui ne se connaissent pas, ne partagent pas les mêmes convictions, n’adhèrent pas aux mêmes idéaux, n’ont parfois de similarité que la nature humaine et sa destinée vulnérable.

Pourtant, d’un coup d’un seul, s’ouvrent nos intérieurs, s’activent nos mains, se réveillent nos corps qu’il nous est demandé d’enfouir au maximum depuis quelques jours… Pour l’espace de quelques instants, dire aux soldats du vivant " Bravo, Bravissimo ".

Un mouvement du spectaculaire pour encourager les act.rice.eur.s d’un spectacle que nous ne souhaitons pas voir de trop près. Une reconnaissance faible, presque facile pour celles et ceux qui affrontent de face un micro-organisme qui sème la terreur sans revendication.

Ce geste de deux mains qui fendent l’air pour se rejoindre dans une confrontation physique, sonore, vivant, vivat ! L’air se compresse pour être chassé, les paumes s’embrassent, les phalanges se choquent, ça vibre des épidermes aux os, des coudes aux pectos, tout ramène au cœur… L’organe vital par excellence.

Et même si c’est imparfait, limité, même si la reconnaissance est tardive, Partial, et risque d’être peu à peu oubliée quand le quotidien nous amènera des inquiétudes moins vitales…

C’est envoyé dans l’air, ça nous rend vivant, ça nous cacophone et nous ensemble, et enfin nos lucarnes se ferment à nouveau, et nous ne sommes pas seuls.

A tous les métiers (médiatisés ou non) et tous les êtres qui participent à tenir les autres en vie pour que leurs mains battent encore…

A vous !

Clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK