Coup de cœur estival

Plus d'infos

"Sleeping by the Mississipi" du photographe Alec Soth : le livre à regarder sans fin

S'intéresser à la photographie, quand on est passionné, peut se faire de trois façons. Tout d’abord en fréquentant les expositions. Et en matière de lieux d'exposition, il faut dire que le milieu de la photographie en Belgique est bien vivant. Il y a les institutions comme le Musée de la Photographie de Charleroi ou le FOMU à Anvers. Il y a des centres d’art spécialisés comme Contretype ou le Hangar à Bruxelles. Il y a des lieux aux moyens plus modestes comme l’Image sans nom ou l’enfant sauvage. Et puis enfin, une série d’événements ponctuels, comme la Biennale de photographie en Condroz organisée cet été par le Centre culturel de Marchin. Cette liste est bien sûr loin d’être exhaustive.

Une autre manière de s’intéresser à la photographie est de devenir collectionneur. Il y a de très bonnes galeries dédiées principalement au médium. Cela représente bien sûr un certain budget.

Si votre budget est limité, il reste une troisième voie, probablement la préférée de Fabrice Kada : le livre. Pour un photographe, publier un livre est souvent très important. C’est une manière unique de présenter son travail, de le faire connaitre, de le faire voyager. Et souvent, les livres dédiées à la photographie sont des œuvres à part entière. Voire parfois des chefs-d’œuvre.

Et c’est sur l’un d’eux que Fabrice Kada a jeté son dévolu il y a quelques années et qui l'accompagne depuis lors, à savoir "Sleeping by the Mississipi" du photographe américain Alec Soth.

Entre paysage, portrait et nature morte

Alec Soth est un photographe basé à Minneapolis dans le Minnesota. Il y a tout dans ses images : il fusionne les genres du paysage, du portrait et de la nature morte avec un travail très précis sur la couleur. Alec Soth photographie à la chambre sur de très grands négatifs. Cela veut donc dire qu’il prend son temps. Chaque image est composée avec soin, dans les moindres détails.

Alec Soth est par ailleurs un grand lecteur, cela se sent dans son travail. Et puis, il y a chez lui une étrange combinaison de références à l’histoire de la photographie, à l’histoire de l’art en général et à la photographie vernaculaire, un goût pour le quotidien le plus banal que l’on retrouve dans tous les albums de famille.

Alec Soth photographie surtout aux Etats-Unis. Il entreprend d’ambitieux projets qui l’emmènent sur les routes, dans l’Amérique profonde, loin du spectaculaire. Il nous parle de la vie quotidienne, avec une grande intuition poétique du monde, un talent certain pour la narration et un certain attrait pour la mélancolie.

Il a plusieurs livres à son actif : un magnifique essai sur l’amour avec en toile de fond les chutes du Niagara, le Broken Manual, une série sur l’envie de disparaitre. Et celui sur lequel Fabrice Kada a jeté son dévolu : Sleeping by the Mississipi, publié en 2004 chez Steidl, célèbre maison d’édition basée en Allemagne. Le livre a connu plusieurs tirages, tous épuisés depuis longtemps. La bonne nouvelle, c’est qu’Alec Soth a un nouvel éditeur depuis quelques années, Mack Books, basé à Londres. Editeur qui a eu la bonne idée de rééditer une nouvelle fois ce fameux livre dans une version très proche de l’original.

Une démarche proche de Robert Frank

Pour ce projet, Alec Soth a entrepris une série de road trips le long du fleuve Mississipi, l’un des plus longs cours d’eau du pays, profondément ancré dans la culture des Etats-Unis. Il est parti à la rencontre de ses concitoyens, et a composé un récit à partir de paysages, de portraits, de vues d’intérieurs. À partir d’images au premier regard assez banales, il parvient à évoquer un nombre impressionnant de sujets universels : l’art, la religion, la solitude, la mort, la politique, les questions raciales, l’esprit profond de l’Amérique…

On compare parfois sa démarche à celle de Robert Frank, qui avait marqué l’histoire de la photographie en son temps avec sa série "Les Américains". Son style est à la frontière entre documentaire et photographie plasticienne. On peut retrouver ses images tout autant aux cimaises d’un Musée que dans un magazine papier. En faisant un pas de côté, Alec Soth parle avec une grande finesse de notre monde actuel. Et ce n’est sans doute pas un hasard s’il a rejoint la célèbre Agence Magnum depuis quelques années. 

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK