Coup de cœur estival

Plus d'infos

Sherlock Junior de Buster Keaton, le plus grand virtuose de l’histoire de l’art

Camille De Rijck nous partage un nouveau coup de cœur cinématographique et nous propose de nous replonger dans l’ambiance du cinéma muet avec l’une des plus grandes figures du genre, Buster Keaton et un personnage qui rappelle celui d’un détective londonien.

Buster Keaton, dieu du muet

On se demande souvent quelle est la fonction première de la virtuosité, c’est sans doute couper le souffle, mais par quels artifices ? Probablement ceux qui laissent entendre au public qu’il se produit sous ses yeux une chose impossible. A ce titre, les virtuoses sont des musiciens doués de véritables pouvoirs magiques.

Autre grand virtuose de l’histoire de l’art, Buster Keaton est l’une des grandes légendes de l’histoire du cinéma, figure emblématique du cinéma muet américain.

A écouter aussi : L’art d’accompagner les films muets, avec Hughes Maréchal

Un art passant par une mise en danger permanente

Joseph Frank Keaton Junior, surnommé dès son plus jeune âge Buster, entame sa carrière alors qu’il n’est encore qu’un enfant. Son père, Joseph Hallie Keaton, acteur de cabaret, l’associe dès son plus jeune âge à des numéros de théâtre burlesque et met régulièrement sa vie en danger, en le précipitant par exemple contre le mur ou en l’assommant avec une énorme massue. C’est d’ailleurs très certainement son père qui lui donnera très tôt le surnom de "Buster", que l’on peut traduire par "casse-cou", un surnom des plus appropriés pour le reste de la carrière du jeune Keaton.

De ce traumatisme, Buster Keaton en a fait une habitude qui devint pour lui comme une loi : son art passerait par sa mise en danger systématique. Ainsi, le film Sherlock Junior, sorti il y a maintenant presque 100 ans, en 1924, regorge de scènes décoiffantes, dont on analyse encore dans les écoles la méticuleuse chorégraphie. On pense notamment à ce fameux plan de plusieurs minutes dans lequel Buster Keaton se retrouve à filer droit sur le guidon d’une moto qui a perdu son conducteur.

Passer de l’autre côté du miroir

Sherlock Junior n’est pas qu’un appareil virtuose, c’est aussi et avant tout un petit film – en longueur – sur la condition d’un jeune projectionniste qui rêve de passer à travers l’écran et qui, le temps d’une micro-sieste – réussit cette mise en abîme, confirmant ce dont rêve tous les cinéphiles dignes de ce nom, passer dans l’autre côté du miroir.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK