Coup de cœur estival

Plus d'infos

L’Œuvre sans auteur, un film bouleversant de Florian Henckel von Donnersmarck qui touche à l’essentiel

C’est une plongée dans l’univers du cinéma que vous propose Axelle Thiry avec le film L’Œuvre sans auteur de Florian Henckel von Donnersmarck, réalisateur, entre autres, de La vie des autres qui avait été récompensé par un Oscar.

L’Œuvre sans auteur s’inspire librement des premières années de la vie du peintre allemand Gerhard Richter. Un peintre extraordinairement inspiré, qui a accepté l’aventure, mais en exigeant que le personnage interprété par Tom Schilling ne porte pas son nom, et que ses œuvres n’y soient pas montrées. Le film raconte le destin d’un peintre, Kurt Barnert.

À lire aussi : "Werk Ohne Autor" : une œuvre épique inspirée de la vie du peintre Gerhard Richter

Tout commence à Dresde en 1937. L’enfant découvre une exposition de peinture qui est qualifiée d’"art dégénéré" par le régime nazi, avec sa tante Elizabeth interprétée par Saskia Rosendahl. C’est une jeune femme qui semble un peu mystique, et qui lui apprend à ne jamais détourner les yeux. Elle lui déclare que tout ce qui est vrai est beau. Ensuite, elle sera internée par les nazis. On suit la vie du jeune garçon, qui survit miraculeusement aux bombardements de Dresde. Il veut être peintre et suit d’abord une formation artistique dans le style du réalisme socialiste en RDA, mais il parvient à s’échapper en RFA, et il va étudier à l’école très avant-gardiste des Beaux-Arts de Düsseldorf. On suit l’évolution de son art, à travers ce qu’il vit et toutes ces influences. L’amour est aussi très présent. Kurt rencontre l’étudiante Ellie (interprétée par Paula Beer), l’amour de sa vie. Et on voit comment cet amour va transfigurer son existence. Il y a un autre personnage, son beau-père, un nazi, pour qui Kurt éprouve une haine larvée et qui est interprété par Sebastian Koch…

L’œuvre sans auteur montre l’horreur de la guerre, démontre comment une idéologie peut profondément pervertir les êtres, et il montre aussi l’itinéraire de Kurt, qui tente de dépasser toutes les épreuves qu’il rencontre dans ce régime et qui suit aussi son désir d’être artiste et va trouver le moyen de l’accomplir.

C’est un film magistral, avec des acteurs extraordinaires. On en sort bouleversé. Il nous emmène à l’essentiel, traite de l’amour, de la destruction, de la création et de l’art. Il montre notamment un instant de révélation, où Kurt grimpe aux branches d’un grand arbre en haut d’une colline, il exulte de joie, et il dit que rien désormais ne pourra plus lui arriver parce qu’en regardant l’harmonie de la nature, il a compris que ce qui est juste et beau lui donnera pour toujours de l’énergie pour créer. Le film met fortement en valeur le pouvoir de l’intuition de l’artiste. Il touche à l’essentiel. Avec beaucoup de courage, de force, et une profondeur et une beauté saisissante.

Le film est accompagné par la musique de Max Richter…
 

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK