Copier-Coller

Plus d'infos

"L'Union", une paraphrase de Louis-Moreau Gottschalk qui se fait patriotique et politique

"L'Union", une paraphrase de Louis-Moreau Gottschalk qui se fait patriotique et politique
"L'Union", une paraphrase de Louis-Moreau Gottschalk qui se fait patriotique et politique - © Tous droits réservés

Nous avons affaire dans cette chronique à une paraphrase musicale, certes. Pianistique, oui, comme souvent. Mais surtout, une paraphrase patriotique, une paraphrase politique.

Non, la musique n’est pas qu’un divertissement. Non, les paraphrases ne sont pas qu’une démonstration narcissique des talents d’un virtuose. Oui, la musique peut être politique. Oui, la musique peut s’inscrire dans l’histoire des guerres. Et oui, la paraphrase offre une tribune, une liberté d’expression, un espace citoyen.

Une paraphrase, c’est assembler librement des données musicales existantes et leur donner un sens nouveau. Alors, si l’on décide d’assembler judicieusement une série de thèmes musicaux symboliques, précisément choisis, à un moment crucial de l’Histoire, on s’inscrit dans une dimension politique.

Louis-Moreau Gottschalk est un sacré pianiste. L’un de ces immenses virtuoses du piano qui parcouraient le monde du XIXe siècle romantique, de salles en salles, de pays en pays, de succès en succès, à jouer vite, fort et de manière superlative ses propres compositions virtuoses.

Louis-Moreau Gottschalk est américain, né à La Nouvelle Orléans, en Louisiane en 1829. Il étudie à Paris, il fait le tour du monde occidental, il fait l’admiration de Chopin, on le compare à Liszt, il compose des fantaisies, des paraphrases, sur des thèmes exotiques, sur des thèmes d’opéras, sur des rythmes sud-américains et puis…

En 1862, nous sommes en pleine guerre civile américaine : la Guerre de Sécession. En 1860, l’abolitionniste Abraham Lincoln devient président des Etats-Unis. Des états du Sud font Sécession dans la foulée et la guerre civile est déclenchée. Deux armées s’opposent, l’armée de l’Union, au nord et l’armée de la Confédération, au sud. Mais bien au-delà des armées, ce sont deux modèles qui s’opposent : un modèle industriel au Nord, qui se nourrit d’ouvriers ; et un modèle agricole au Sud, qui se nourrit d’esclavesL’Union d’Abraham Lincoln, au nord, remporte cette guerre.

En 1862, l’Américain Gottschalk prend position comme patriote en écrivant une paraphrase titrée : l’Union. L’homme du Sud, né en Louisiane, prend parti pour le Nord abolitionniste, l’Union des Etats-Unis. Et le compositeur qu’il est propose une pièce, une paraphrase qui va entremêler trois thèmes, trois mélodies symboliques, et en fait trois hymnes nationaux.

Le premier, bien sûr : La bannière étoilée. L’hymne national américain comme on le connaît aujourd’hui, dont l’origine remonte bien avant la guerre de Sécession, et qui rassemble tous les Américains, depuis l’époque de la guerre contre les Anglais.

Et Louis-Moreau Gottschalk se sert également d’une autre mélodie, "Yankee Doodle", une chanson anglaise devenu un chant patriotique américain.

Et enfin, le troisième thème utilisé par Gottschalk est moins connu en Europe : "Hail Columbia". Un hymne composé pour le premier président des Etats-Unis Georges Washington et qui fut l’hymne national américain pendant tout le XIXe siècle.

Donc, nous avons trois thèmes utilisés par Gottschalk. Trois mélodies à caractère patriotique, rassembleur, unioniste. En pleine guerre civile.

La bannière étoilée – l’hymne américain actuel – est jouée tout en mélancolie et les deux autres mélodies patriotiques sont superposées dans la Coda de la paraphrase, c’est-à-dire à la fin…

Et Louis-Moreau Gottschalk la joua de nombreuses fois cette paraphrase - "l’Union" -, pendant la guerre civile. Donnant ainsi un objectif politique à ses épanchements pianistiques et virtuoses… Oui, c’est une œuvre politique. Mais c’est aussi l’œuvre d’un pianiste… Et donc avant toute chose, une introduction, deux bonnes minutes de démonstration, comme un appel aux héros ! Avant le discours politique.

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK