Copier-Coller

Plus d'infos

"L'Hexameron", quand six génies du piano donnent leur version de la "Marche des puritains" de Bellini

"L'Hexameron", quand six génies du piano donnent leur version de la "Marche des puritains" de Bellini
"L'Hexameron", quand six génies du piano donnent leur version de la "Marche des puritains" de Bellini - © Tous droits réservés

Nous sommes le 31 mars 1837 à Paris. La richissime princesse italienne Cristina Trivulzio Belgiojoso organise un concert de charité dans son salon parisien. Le clou de la soirée est un duel pianistique pour déterminer qui de Franz Liszt ou Sigismond Thalberg est le plus grand pianiste du monde.

On rapporte que les deux pianistes furent au sommet de leur art : passion, tendresse, verve, virtuosité débridée. Et qu’il fut tout bonnement impossible de les séparer. La princesse Belgiojoso eut ce mot célèbre et si parfaitement diplomate :

Thalberg est le premier pianiste du monde, Liszt est le seul.

Mais ce qu’on oublie parfois, c’est qu’il était prévu tout autre chose qu’un duel ce soir du 31 mars 1837. En effet, la comtesse Belgiojoso qui ne manquait jamais d’idées théâtrales avait fait une commande à Franz Liszt : l’Héxaméron !

Ce terme d’Hexaméron fait référence à la Bible et aux 6 jours de la création. Il s’agissait de réaliser une œuvre collective autour de la Marche des Puritains, extrait de l’opéra I Puritani de Vincenzo Bellini. L’opéra avait été créé deux ans plus tôt à Paris avec une distribution prodigieuse qui en avait assuré un succès considérable. Tous les compositeurs présents à Paris n’avaient pu le manquer.

Liszt devait donc rassembler cinq de ses amis, parmi les plus grands pianistes de l’époque, et demander à chacun d’imaginer une version personnelle de la Marche de Bellini, une variation. Et Liszt emballerait le tout en l’introduisant, en créant des liens, des interludes, et une conclusion.

Les six élus furent donc, outre Franz Liszt : Carl Czerny, son professeur, Sigismond Thalberg, son soi-disant rival, à qui l’on voulait tout le temps l’opposer, Henri Herz, Johann Peter Pixis et Frédéric Chopin.

On raconte d’ailleurs que l’Hexaméron ne fut pas joué ce fameux soir du 31 mars 1837, à cause de Chopin qui remit sa variation en retard. Mais personne ne voulait bousculer Chopin, il était déjà suffisamment fragile ainsi, le petiot.

Entrons dans le vif du sujet avec cette marche des Puritains, ce thème qui devait être la base de composition pour les 6 virtuoses. C’est Liszt qui le transcrit et d’emblée, les octaves de la main gauche rende l’exécution extrêmement périlleuse.

Après ce thème, la première variation est pour Thalberg, celui que l’on avait opposé en duel à Franz Liszt. Et c’est une variation dingue : des cabrioles, tierces, gammes parallèles ; le thème est en voix médiane, au milieu, si bien que l’on a l’impression qu’il faut trois mains pour pouvoir tout jouer.

Après cette variation de Thalberg, c’est à Liszt de prendre le relais, et c’est un Liszt en contraste, étonnamment sobre qui s’exprime. Le thème est poignant, des échos se font entendre. Mais non, Liszt le tonitruant revient avec du lourd. Et puis non, c’est tendre, à nouveau. Le voilà qui tergiverse. Et on se rend compte qu’il ouvre la voie à Johann Peter Pixis qui propose furieusement une variation de bravoure pleine d’octaves échevelées.

Et nous poursuivons l’aventure de l’Hexaméron avec une nouvelle variation, celle d’Henri Herz, comme une étude de main droite, gracieuse, mais véloce comme un insecte. La grâce virevoltante de la variation d’Henri Herz qui apporte une légèreté salvatrice dans cet Hexaméron massif comme une grue de chantier.

Passons la variation de Carl Czerny, qui fait de nouveau plein de bruit, ainsi que la transition de Liszt qui en fait encore plus, pour en arriver au moment de grâce de la pièce. Et ce moment de grâce, nous le devons à Frédéric Chopin. Celui qui avait remis sa variation en retard, entraînant le report du projet au profit du duel entre Liszt et Thalberg.

Et les dernières notes de cette variation de Chopin sont de Liszt, lui qui a rassemblé tous ces génies du clavier autour de cet ébouriffant Hexaméron.

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK