Concours Reine Elisabeth à écouter

Plus d'infos

Les échos de la demi-finale du Concours Reine Elisabeth : Lundi 15 mai, session de 20h

Jonas Palm, James Kim, Seungmin Kang et JeongHyoun (Christine) Lee
5 images
Jonas Palm, James Kim, Seungmin Kang et JeongHyoun (Christine) Lee - © Queen Elisabeth Competition

Tous les jours de cette semaine, Laurent Graulus vous livre un compte rendu de chaque session de la demi-finale du Concours Reine Elisabeth.

JONAS PALM

Lundi 15 mai 2017, 20h. Session Concerto.

La première soirée s’ouvre avec Jonas Palm, un musicien allemand qui s’est formé à la prestigieuse Musik Hochschule "Hans Eisler" de Berlin.

A 23 ans, le jeune violoncelliste peut déjà faire valoir une belle expérience de la scène. Une expérience qui se remarque dès les premières mesures du 1er Concerto en ut majeur de Haydn.

Jonas Palm a le coup d’archet vif et affuté, sa sonorité puissante parvient jusqu’au dernier rang du Studio 4, sans la moindre difficulté. Jonas Palm embarque tout le monde avec lui: Haydn, l’Orchestre et le public de Flagey, à telle enseigne que Frank Braley doit parfois le suivre dans le tempo enlevé qu’il impose, sans le savoir, à l’orchestre dans ce 1er mouvement.

Le 2e mouvement nous fait découvrir un autre musicien, à la sonorité tout à coup allégée et cristalline. Son sens du legato est un vrai bonheur.

Dans le 3e mouvement, Frank Braley et l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie impriment un tempo de feu, qui inspire le jeune allemand, et qui prouve qu’il n’a vraiment peur de rien!

JAMES JEONGHWAN KIM

Lundi 15 mai 2017, 20h30. Session Concerto.

Même 1er Concerto de Haydn pour le candidat sud-coréen, 23 ans, à l’instar du concurrent allemand.

C’est un cas de figure toujours passionnant que celui de pouvoir entendre deux fois de suite le même Concerto.

Le son de James Jeonghwan Kim est plus rond, et plus riche que celui de Jonas Palm. Faut-il y voir un rapport avec l’école américaine dont il est issu. Lui qui a étudié -entre autre- à la Jiulliard School de New York?

Cela étant dit, en ce début de 1er mouvement, le jeune Coréen veut parfois devancer l’Orchestre, avec un enthousiasme qui le disculpe de toute tentative de vouloir jouer cavalier seul.

Dans le 2e mouvement, le violoncelliste coréen fait preuve d’une belle réserve, qui contraste intelligemment avec la fougue du 1er mouvement.

Dans le final, c'est la virtuosité de James Jeonghwan Kim qui décoiffe! Aux longues tenues succèdent des enfilades de traits rapides et parfaitement articulés.

James Jeonghwan Kim est sans aucun doute un fin technicien!

SEUNGMIN KANG

Lundi 15 mai 2017, 21h30. Session Récital

La deuxième partie de cette soirée s’ouvre avec la candidate sud-coréenne Seungmin Kang. A presque 30 ans, elle fait partie des aînés de ce concours qui attire cette année des candidats plus mûrs que les trois autres instruments.

La violoncelliste sud-coréenne a, -comme bon nombre de ses compatriotes- parfait sa formation en Allemagne, et dans son cas à la Musik Hochschule " Hans Eisler " de Berlin (ndlr: tout comme Jonas Palm).

Son expérience de la scène et des concours sont également édifiants, avec quatre premiers prix sur huit concours auxquels elle a participé…

Elle débute son récital avec la 1ère Suite pour violoncelle seul de Bach BWV 1007, qu’elle propose dans une version très vitaminée, privilégiant d’emblée l’énergie, à la douceur et au legato.

Elle poursuit avec un compositeur rarement joué dans ce type de concours, c’est Alfred Schnitke et sa 1ère Sonate.

Œuvre sombre et parfois très dure, composée en 1978, Seungmin Kang confirme ici qu’elle est une femme de poigne. Son engagement est entier. Sa sonorité très claire, et son vibrato serré servent à merveille la musique de Schnitke.

Dans le mouvement lent final, les longues tenues pianissimo et les pizzicati révèlent une dimension poétique, jusqu’alors dissimulée.

L’œuvre imposée d’Annelies Van Parijs " Chacun(e) sa chaconne " succède à Schnitke.

Une fois encore, les qualités qu’on avait pu observer dans Bach et Schnitke font merveille: sonorité puissante, presque acérée et énorme réactivité par rapport aux nuances.

Son récital se termine avec "Russische Weisen " de Rodion Schedrin, un compositeur et pianiste russe né en 1932. Elle y montre ici toute la palette de son jeu, très expressif, coloré, dense, engagé, mais aussi généreux.

Un récital audacieux, bien loin des sentiers battus. Seungmin Kang semble vraiment taillée sur mesure pour le répertoire contemporain!

CHRISTINE (JeongHyoun) LEE

Lundi 15 mai 2017, 22h20. Session Récital

Christine (JeongHyoun) Lee, 25 ans, est également sud-coréenne. Elle est "Artiste en résidence" à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth.

Elle débute son récital avec l’imposé d’Annelies Van Parijs, et Dana Protopopescu au piano. Et après la vigueur de sa compatriote, on se trouve manifestement dans une toute autre esthétique. A commencer par le choix du répertoire : Cassado, Tchaïkovsky et Stravinsky.

Dans cet imposé belge, Christine Lee fait entendre l’infiniment petit, joue sur le souffle, et propose la plus singulière des quatre versions des imposés entendus jusqu’à présent

La violoncelliste coréenne choisit ensuite la 3e Suite BWV 1009 de Jean Sébastien Bach. Un répertoire dans lequel on ressent que la projection de son instrument n’est pas aussi impressionnante que celle des autres concurrents. Mais Christine Lee développe une sonorité tellement voluptueuse et cuivrée, qu'elle compense immédiatement sa projection légèrement plus ténue.

Dans le Pezzo capriccioso de Tchaïkovsky, tout ce qu’on pressentait se confirme, mais on y découvre en outre une vélocité impressionnante.

Christine Lee termine son récital avec la Suite italienne de Stravinsky. Un feu d’artifice de couleurs, dont on découvre une infinité de nuances, comme dans un énorme bouquet de fleurs sauvages.

La solidité rythmique de la jeune coréenne est à toute épreuve. A chaque instant, son souci est de raconter une seule et même histoire, avec la pianiste Dana Protopopescu.

Christine Lee nous a profondément épatés par son élégance exquise et sa personnalité tout à fait unique.

 

Fin de la session de ce mardi 15 mai à 23h.

Laurent Graulus.

Retrouvez le compte rendu des prestations du 15/05 à 15h.

Ecoutez également le moment musical de Camille De Rijck avec son invité Christian-Pierre La Marca.

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK