Concert

Plus d'infos

REPLAY | Le Koninklijk Concergebouworkest Amsterdam, Daniel Harding et Pierre-Laurent Aimard

Le pianiste Pierre-Laurent Aimard interpète le concerto pour piano de Dvorak.
Le pianiste Pierre-Laurent Aimard interpète le concerto pour piano de Dvorak. - © Marco Borggreve

Revivez le concert exceptionnel de l'orchestre symphonique néerlandais - le Koninklijk Concertgebouworkest Amsterdam - dirigé par le chef d'orchestre britannique Daniel Harding. Le pianiste français Pierre-Laurent Aimard les a rejoint pour interpréter une oeuvre assez particulière de Dvorak.

Le concerto pour piano d'Antonin Dvořák a connu une étrange destinée. Souvent délaissé par les plus grands pianistes du répertoire, on lui reproche souvent de ne pas mettre suffisamment en avant le piano. Cette oeuvre était tellement mise de côté qu'elle faillit tomber dans l'oubli. Jusqu'à ce que le pianiste et professeur Vilém Kurz la dépoussière la partition et la remanie sérieusement en y ajoutant des parties virtuoses à l'instrument soliste. Ces ajouts dénaturent profondément l’œuvre initiale.

C'est pourquoi c'est bien la version d'origine qu’ a exécuté le pianiste français Pierre-Laurent Aimard, artiste en résidence du Koninklijk Concertgebouworkest Amsterdam.

Dans la version de Vilem Kurz, on ne retrouve pas la fraîcheur de l'oeuvre originale, et elle banalise la version originale de Dvorak

Pierre-Laurent Aimard

Placé sous la direction du chef britannique Daniel Harding, l’orchestre a interprété ensuite l'opéra Le Château de Barbe-Bleue de Bartók, en version concert. Une œuvre qui questionne notre motivation instinctive, source de toute innovation. Cet opéra en un acte est plus qu’un chef-d’œuvre musical, il est l’incarnation de l’opéra hongrois de ce début de XXe siècle, comme le fut quelques années plus tôt Pelléas et Mélisande de Debussy pour l’opéra français. 

Un concert présenté par Fabrice Kada. 

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK