Concert

Du lundi au vendredi de 20:00 à 22:00 sur Musiq3

Plus d'infos

REPLAY | Concert d’ouverture du Klarafestival avec le Brussels Philharmonic et le Vlaams Radiokoor

En raison de l’épidémie du Coronavirus, Flagey ferme ses portes au public à partir de ce 12 mars pour une durée indéterminée. Néanmoins, le concert d'ouverture du Klarafestival, prévu ce jeudi 12 mars, sera bien donné sans public et diffusé en direct sur Musiq3 dès 20h. 

Un concert à écouter ci-dessous

Connu pour son côté très rock ’n’ roll, le Brussels Philharmonic fera honneur à sa réputation à l’occasion du concert d’ouverture du Klarafestival 2020. Sous la direction du compositeur et chef d’orchestre autrichien HK Gruber, il interprètera Die sieben Todsünden (Les Sept Péchés Capitaux), un ballet satirique chanté du compositeur Kurt Weill et de l’auteur dramatique Bertolt Brecht. La légendaire chanteuse de comédie musicale allemande Ute Lemper assurera le rôle principal.
 
À la demande de sa famille, Anna tente de rassembler dans sept grandes villes américaines l’argent nécessaire à la construction d’une petite maison au bord du Mississippi, en Louisiane. Se préservant des sept péchés capitaux de la bourgeoisie, elle cède petit à petit à la logique capitaliste. Ne pas manger ni boire, se lever tôt et fermer les yeux face à l’injustice, ne sont que quelques-unes des vertus jalonnant le chemin du succès. Die sieben Todsünden est la dernière grande collaboration entre Kurt Weill et Bertolt Brecht. Lors de l’écriture de l'œuvre, le compositeur et l’écrivain fuyaient déjà tous deux la montée du nazisme. Outre l’expression des sentiments mitigés de Brecht et Weill vis-à-vis de la culture américaine (havre de sécurité ou source de toutes les perversions ?), Die sieben Todsünden est également une ode à la culture florissante du cabaret sous la République allemande de Weimar.
 
La deuxième œuvre au programme est la cantate Seven Last Words from the Cross de James MacMillan, un compositeur contemporain écossais qui a écrit cette pièce pour la BBC. À partir de chacune des sept paroles en croix – prononcées par Jésus lorsqu’il se trouvait sur la croix – James MacMillan a imaginé des compositions dramatiques et particulièrement émouvantes, qui ne laissent personne indifférent. Pour l’interprétation de cette version grandiose de Seven Last Words from the Cross, le Brussels Philharmonic est complété par le Chœur de la radio flamande.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK