Chronique littérature

Plus d'infos

"Un voisin trop discret" de Iain Levisin, un roman policier dénonçant l’hypocrisie de la société

Sophie Creuz nous présente un roman policier d’un genre particulier, écrit par Iain Levison et intitulé "Un voisin trop discret".

Iain Levison est un auteur américain d’origine écossaise, des origines auxquelles il tient, et à le lire on comprend pourquoi. C’est aussi un auteur qui connaît un joli succès en France et en Belgique grâce aux éditions Liane Levi qui le publient, il a même été adapté plusieurs fois au cinéma dans des films tournés par Romain Duris ou Reda Kateb. Il est beaucoup moins lu en langue anglaise. Est-ce parce qu’il a un regard très mordant, très ironique, très européen aussi sur une certaine Amérique ; la donneuse de leçon, la puritaine, la cupide qui ne s’étouffe pas avec ses propres principes ? Surtout quand il faut pour exonérer les gros fraudeurs, les vrais dégueulasses et culpabiliser les gagne-petit qui se débrouillent comme ils peuvent. Iain Levison s’en amuse et nous surprend car il montre à quelle extrémité cette moralité à géométrie variable accule les gens.

L’hypocrisie au centre du roman

Ce n’est pas nouveau, Molière déjà se jouait des faux dévots et des vrais hypocrites, "cachez ce sein que je ne saurais voir" disait Tartuffe tout en se rinçant l’œil.

La vertueuse dissimulation, les mensonges, sont l’axe effectivement autour duquel tournent les romans de cet auteur. Notamment dans l’armée américaine, qui ici, dézingue à tout va en Irak ou en Afghanistan au nom du bien, mais qui dans ses propres rangs s’arrange avec la vérité, et la dissimule si cela peut lui être profitable. On a déjà lu cela dans des livres durs et noirs, alors qu’ici cela en devient drôle et délicieusement irrévérencieux. Les vraies canailles ne sont pas là où on croit, et si elles le sont ce n’est pas entièrement de leur faute.

Il y a plusieurs histoires pour raconter cela, elles se rejoignent par le hasard du voisinage. Nous avons donc ce voisin très discret, très solitaire qui en vieillissant ne se reconnaît plus dans le monde d’aujourd’hui. Il a fait fortune jadis, on le devine, on ne sait pas comment – on le saura plus tard - mais il n’en profite absolument pas, sauf pour aider sa jeune voisine portoricaine, rafraîchissante de spontanéité. Elle a épousé un type qui était sympathique au départ mais que son service militaire en Afghanistan a rendu insensible, brutal, méchant et dangereux pour sa famille. Dangereux aussi pour son coéquipier, qui a quelque chose à cacher, alors qu’il n’a rien fait de mal, et qui va croiser brièvement à son tour le voisin taciturne qui commence à voir beaucoup trop de monde à son goût.

Mais vous raconter l’histoire serait vous embrouiller, or ce qui est savoureux, c’est la manière dont l’auteur piège chacun à ses propres contradictions.

Notre époque la fautive

Notre époque, à la fois ultra-sophistiquée, en avance d’un point de vue technologique et en même temps ultra-rétrograde par d’autres aspects. Capable de calculer, de prévoir, d’induire des comportements et en même temps complètement déboussolée par l’imprévisible, par la vie. Une époque, qui se méfie plus de l’humain que de la technique, et qui n’éduque plus les gens à s’inventer, à vivre ensemble, à entendre la vérité de l’autre, pour le plaisir de la rencontre, mais qui forme des individus pour les faire entrer dans des cases de plus en plus étroites. Dans ce monde-là, qui nous ressemble hélas furieusement, les personnages sont devenus des clients exigeants, ou des gêneurs ou des menaces qu’il faut éliminer.

C’est ce cynisme-là que met en scène avec un humour ravageur, salvateur aussi, Iain Levison, en poussant simplement la logique de l’efficience jusqu’au bout. Et la morale de tout cela ? Et bien, pas morale, telle est la moralité de cette histoire ! Ce qui ajoute à la jubilation de ce roman qui escamote les vrais salauds, en toute impunité, et sauve de justesse ceux qui le sont devenus par la cause d’un système pervers.

"Un voisin trop discret" de Iain Levison parait aux éditions Liana Levi, dans la traduction de Fanchita Gonzalez Batlle.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK