Chronique littérature

Plus d'infos

"Le murder club du jeudi" de Richard Osman, un roman policier aux charmes désuets des enquêtes de Miss Marple

En ce vendredi 23 avril, Journée mondiale du Livre, Sophie Creuz nous invite à traverser la manche pour rejoindre "Le murder club du jeudi" de Richard Osman qui paraît aux éditions Fayard.

Un roman fondant comme un muffin aux myrtilles fait maison, avec pour seuls additifs, l’exquise courtoise british et une bonne rasade de whisky. Ce livre a le charme désuet des enquêtes de Miss Marple filmées par la télévision anglaise. Et cela ne vous étonnera pas parce que son auteur est lui-même animateur et producteur d’émissions populaires.

De la fiction à la réalité, un roman policier savoureux

Son roman policier se déguste de la même manière, en pantoufles et confortablement installé dans le bay window de votre cottage. Ou de votre appartement haut standing – si c’est davantage dans vos moyens – car c’est là que se déroule ce "Murder Club du jeudi", où il y a plusieurs meurtres qui couvent et qui attendent patiemment d’être résolus.

Nous sommes dans une luxueuse résidence pour le troisième âge, dans les collines verdoyantes du Kent. Dans un des salons de la résidence, se retrouvent tous les jeudis, Elisabeth, une ancienne agente des services secrets, Ibrahim, un psychiatre retraité, Joyce, ancienne infirmière et Ron, célèbre syndicaliste rouge qui aujourd’hui ne dédaigne pas le confort de cet ensemble cossu. Ensemble, ils résolvent des affaires criminelles classées sans suite que leur amie Penny a photocopiées en quittant les bureaux de la criminelle où elle travaillait avant de prendre sa retraite.

C’est juste pour passer le temps, comme d’autres s’adonnent à la gym-pilate, à la conversation française ou aux puzzles. Mais pour être certains de rester entre eux et de ne pas être dérangés, ils ont intitulé leur club "Opéra japonais". Ils sont donc certains que personne ne viendra les rejoindre et troubler leurs conciliabules. Or un jour, voilà que de véritables assassinats ont lieu sous leurs yeux. Voilà qui pimente singulièrement leur passe-temps.

Un premier roman, véritable succès en Grande-Bretagne

Le roman fourmille de clins d’œil à l’Angleterre d’aujourd’hui, avec une bonhomie contagieuse. Manifestement Richard Osman a de la tendresse pour ces vieux messieurs et vieilles dames indignes, indulgentes avec les malfrats repentis mais déterminées à coincer les natures véreuses, dont fait partie leur propriétaire, et puis malignes, généreuses, dévouées et ne rechignant jamais à lever le coude avec les policiers du coin surtout s’il s’agit de leur soutirer des informations, à leur insu, pour mener leur propre enquête en parallèle.

Tous les ingrédients d’une bonne série policière sont réunis, le casting est impeccable, du flic célibataire bedonnant, au plombier polonais, du chauffeur de taxi turc au prêtre catholique romain, pour donner un portrait de l’Angleterre actuelle menacée comme partout par les mafias, les promoteurs immobiliers et la malbouffe. Entre autres maux contemporains.

Un roman plein de bons sentiments

Mais dans le bon sens du terme car même les gentils ont leur part obscure et les assassins ont un cœur d’artichaut. C’est simplement un livre adorable, plein d’humour et d’amitié, de loyauté, de fidélités d’outre-tombe mais aussi de rebondissements bien menés, efficaces, plausibles et amusants.

Richard Osman à cette touche BBC si particulière, qui ficelle du divertissement grand public de qualité, et met en valeur les talents cachés, les qualités humaines de chacun en mettant tous le monde sur le même pied, vedettes et anonymes, avec chaleur et proximité. Ce sont les mêmes qualités que l’on trouve dans ce roman qui nous tient en haleine, nous fait sourire, touche aussi et puis nous donne l’irrépressible envie d’un crumble aux groseilles avec a nice cup of tea. Ou un sherry si vous le lisez un peu plus tard dans la journée.

"Le murder club du jeudi" de Richard Osman parait chez Fayard dans la traduction de Sophie Alibert.

 

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK