Chronique littérature

Plus d'infos

CHRONIQUE LITTERAIRE - "Malencontre" de Bodo Kirchhoff

CHRONIQUE LITTERAIRE - "Malencontre" de Bodo Kirchhoff
3 images
CHRONIQUE LITTERAIRE - "Malencontre" de Bodo Kirchhoff - © Tous droits réservés

Cette semaine, Sophie Creuz nous propose un livre qui a reçu le Prix du meilleur roman allemand : Malencontre

Une chronique à écouter dans son intégralité ici.

Prix du Meilleur roman allemand de l'année

Cette histoire, qui reste un crève-cœur, même si lui ne le dirait pas, par quoi avait-elle commencé? 

Ainsi s'ouvrent les pages de cette Malencontre - dans lequel on entend à la fois rencontre et malentendu- qui a reçu le prix du meilleur roman allemand de l'année. Voilà un livre de 219 pages qui contient tout ce qui fait de nous des êtres vivants et vibrants.

Embraquez dans une sorte de road book

Nous sommes au pied des Alpes, un ancien éditeur d'une soixantaine d'années vit seul dans un complexe d'appartements pour seniors, avec des parties communes, un club de lecture par exemple. Un soir, il prend machinalement un livre à la couverture crème, qui ne porte que le nom d'une femme, "un pseudonyme" se dit-il tout de suite, et tandis qu'il boit un verre de vin, qui tache ce livre qu'il va devoir rapporter, voilà que l'auteur sonne à la porte. Elle aussi vit là et a vu qu'il emportait son livre. Mais avant qu'il n'ait à se dépêtrer de l'ennui d'avoir à commenter un ouvrage qu'il n'a pas l'intention de lire, la dame, qui est fort agréable à regarder, lui demande s'il n'a pas envie d'aller voir le soleil se lever sur un lac italien. On se croirait dans un film, avec Léa Massari ou une autre femme irrésistible et blessée. Très romanesque...

Ils vont rouler deux jours et pousser plus loin vers la Sicile. Mais c'est le prétexte pour que ces deux êtres s'apprivoisent et échangent à demi-mots ce qu'ils laissent à regret derrière eux: le monde ancien qu'ils partagent à demi-mots dans l'habitacle de cette décapotable. Dans ce monde-là on est beaucoup moins bavards que sur les réseaux sociaux, on fume comme des pompiers, on laisse infuser l'instant, on se regarde sans chercher à percer à tout prix le mystère de l'autre, sauf par petites touches. Et on lit ceci:

Elle, avait une boutique de chapeau qui n'existe plus ruinée par une clientèle qui avait de moins en moins de têtes, lui avait une maison d'édition qui n'existait plus, victime du réchauffement de la banalité qui l'avait fait fondre comme les derniers glaciers.

Malencontre de Bodo Kirchhoff parait aux éditions Gallimard, traduit de l'allemand par Bernard Lortholary. 

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK