Chronique Classique en prime

Plus d'infos

Jacques Brel et Barbara, une amitié portée à l'écran et sur scène

Barbara et Jacques Brel dans le film de Brel, Franz.
Barbara et Jacques Brel dans le film de Brel, Franz. - © Tous droits réservés

Le 9 octobre dernier, cela faisait 42 ans que Jacques Brel nous avait quittés… Pour lui rendre hommage, La Trois et Musiq3 vous proposent de (re) découvrir la chorégraphie de Maurice Béjart composée sur treize chansons de Brel et Barbara, et dansée par la troupe du Béjart Ballet Lausanne. A voir ce vendredi 20 novembre à 23h10 sur La Trois.

Jacques Brel et Barbara font partie des grandes voix qui ont marqué la chanson française au XXe siècle et ils donnaient l’impression d’être faits du même bois : une année seulement les séparait, ils ont commencé leur carrière au même moment et ils ont fréquenté les mêmes endroits…

Une rencontre dans des cabarets bruxellois

C’est en effet à Bruxelles et à Charleroi que Barbara commence à chanter, dans des cabarets. Elle a tout juste 20 ans. Dans son répertoire, il y a Edith Piaf, Juliette Gréco et Jacques Brel, lui qui va aussi des cabarets et cabarets. Les deux chanteurs s’y croisent, se rencontrent. De ces moments de galère partagée naîtra une amitié solide, faite de complicité, d’admiration. Ils se suivent, se conseillent, se soutiennent.

Barbara, c’est une fille bien. Elle a un grain mais un beau grain. On est un peu amoureux, comme ça, depuis longtemps.

Quelques années plus tard, c’est à Paris qu’ils se retrouvent. Brel a déjà un certain succès et incite Barbara à écrire ses propres chansons. Il sera le premier à découvrir ses premiers textes. L’une après l’autre, leurs carrières s’envolent et leur amitié résistera au temps.

Réunis au cinéma

Vingt après leur première rencontre, en 1971, Jacques Brel se lance dans le cinéma avec Franz, sa première réalisation. Il s’y donne un rôle, celui de Léon, et il appelle son amie Barbara pour lui confier le premier rôle féminin, celui de Léonie.

Je débute dans le cinéma, veux-tu bien redébuter avec moi

Jacques Brel

Barbara n’avait jamais eu l’intention de faire du cinéma. Mais pour Jacques Brel, tourner avec Barbara était une évidence : il a imaginé le personnage de Léonie en prenant des parties d’elle, en essayant de rendre un peu de ce qu’elle était dans la vie. Barbara disait au sujet de ce film : "je n’ai pas fait du cinéma, j’ai eu une aventure extraordinaire avec lui".

Ce film sera leur seul projet commun.

Réunis sur scène

Le grand chorégraphe Maurice Béjart a imaginé en 2001 un ballet qui réunit les deux artistes. Il s’était demandé à ce moment-là qu’elles étaient les lumières de sa vie, et il lui a paru assez évident que c’était Barbara et Jacques Brel, deux êtres qu’il admirait énormément. Il a donc eu pour ambition de ressusciter leurs âmes par une chorégraphie composée sur leurs chansons respectives. Barbara était une amie de longue date de Maurice Béjart. Quant à Brel, Maurice Béjart ne l’a rencontré qu’une seule fois.

"Depuis 35 ans, Barbara, mon amie fidèle, ma sœur, me disait "Je suis la lumière noire !" et je fis une chorégraphie sur L’Aigle noir. Ensuite dans un film long métrage "Je suis né à Venise", elle interprétait le rôle principal, la Nuit lumineuse, et Jorge Donn était le Soleil. J’ai connu Brel à Bruxelles, où je vivais à l’époque avec ma compagnie, alors qu’il jouait L’Homme de la Mancha au Théâtre Royal de la Monnaie. Il me disait : "Un jour on fera quelque chose avec Barbara et moi"

Maurice Béjart

La chorégraphie de Maurice Béjart est remarquablement servie par les deux danseurs phare, Elisabet Ros et Gil Roman, ainsi que par toute la troupe, vibrante de gaieté dans Rosa, d’énergie dans La valse à mille temps, d’idéalisme dans Quand on n’a que l’amour, pour ne citer que ces chansons-là. Elisabeth Ros et Gil Roman ont chacun été honorés en 2005 par le prix Danza & Danza Award du meilleur danseur pour leur interprétation des rôles-titres de ce ballet.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK