Chronique cinéma

Plus d'infos

"Scandale", un film qui fait écho au mouvement #metoo

"Scandale", un film qui fait écho au mouvement #metoo
"Scandale", un film qui fait écho au mouvement #metoo - © Lionsgate

Dans sa chronique cinéma de cette semaine, Nicolas Buytaers nous parle du biopic de Roger Ailes, Scandale de Jay Roach.

Une chronique cinéma à écouter dans son intégralité ci-dessous.

Scandale

Roger Ailes est le fondateur de Fox News, la chaine info la plus à droite et la plus puissante des USA. Ailes est surtout un " maniganceur ", un manipulateur, un homme qui contrôle les femmes et plus encore, pire encore. Le fait de voir ses présentatrices assises derrière un bureau en plexi, c'était son idée pour qu'on puisse mieux voir leurs jambes. Cet exemple vous donne une idée du personnage. Un personnage que trois femmes ont décidé de dénoncer. Le film Scandale raconte l'histoire et le combat de ces femmes : Megyn une journaliste politique, Gretchen une animatrice et Kayla une jeune journaliste débutante.

Ce film Scandale est basé sur une histoire vraie : celle de Gretchen Carlson, l'ancienne animatrice de l'émission matinale " Fox & Friends " et de Megyn Kelly, correspondante politique dont l'interview de Donald Trump alors candidat à la Maison blanche avait fait beaucoup de bruit, surtout après les propos sexistes du futur président ! Ce film Scandale fait clairement écho à l'ère #metoo que nous connaissons et c'est tant mieux. Ces femmes-là ont été les premières à balancer leur porc. Cette prise de parole, cette libération de la parole est ce qui nous est raconté dans ce " biopic ". C’est un film qui va encore plus loin avec le personnage de Kayla qui est une pure invention mais qui concentre en un rôle toutes ces femmes abusées tant physiquement que psychologiquement.

Le casting de ce film réalisé par Jay Roach, réalisateur de Trumbo -film sur la chasse aux communistes dans le Hollywood des années 50-, est aussi excellent que les propos de ce film sont actuels et importants. On retrouve dans les rôles principaux Charlize Theron, Nicole Kidman et Margot Robbie ! Seules Charlize et Margot ont été nommées aux Oscars dans les catégories de meilleure actrice et meilleur second rôle. Réponse le 9 février !

L'esprit de famille

Le titre exact devrait être "L'esprit de la famille", ou plutôt "Le fantôme de la famille" car c'est bel et bien de revenant dont il est question dans cette comédie. Ou dans ce drame. Le film est transformé dans la bande annonce en comédie pure et dure. On rit dans ce film mais quand on y pense, il est beaucoup plus sérieux que la BA veut nous le faire croire. Ce film raconte donc comment un écrivain à succès, Alexandre, surmonte la mort de son père, Jacques. Enfin comment il tente de surmonter la disparition de son paternel car le voilà maintenant hanté par son fantôme. Et plus Alexandre parle avec Jacques, plus le reste de la famille le prend pour un fou...

Dans ce film du réalisateur Eric Besnard, qui avait déjà réalitsé Cash avec Jean Dujardin, on retrouve Guillaume De TonquédecFrançois BerléandJosiane Balasko et Isabelle Carré. L'un comme l'autre apporte une certaine sensibilité à ce film qui est plus dramatique que drôle. C'est assez lent et certaines scènes manquent de rythme. Tout cela invite les spectateurs à réfléchir sur la famille, sur les parents, sur toutes ces petites vérités qui sont toujours bonnes à se dire afin de ne rien regretter quand l'autre n'est plus là. Bref, ce n’est pas réellement léger mais c'est gentil et gentiment sérieux !

Jojo Rabbit

Jojo Rabbit du réalisateur néo-zélandais Taika Waititi, qui avait déjà réalisé Thor 3, The Mandalorian. Là-aussi, la bande annonce est trompeuse. Voilà le pitch du film : nous sommes en pleine Seconde Guerre Mondiale. Jojo est un jeune garçon engagé dans les Jeunesses Hitlériennes. Il veut devenir un grand nazi. Il veut défendre la race aryenne. Pour y arriver il peut compter sur son meilleur ami : un être imaginaire qui a l'apparence d'Adolf Hitler. Mais un jour, Jojo découvre dans son grenier que sa mère cache une jeune fille juive. Jeune fille dont il va tomber amoureux ! Rien qu'avec ce pitch on comprend le décalage et on imagine la cocasserie des événements... tout cela étant bien mis en avant par la bande-annonce. Mais voilà, ce film n'est pas drôle ! Il ne suffit pas d'être irrévérencieux pour être drôle. J'ai trouvé cela maladroit car mal écrit. Ce n'est pas très fin. Ce Jojo est un personnage assez agaçant car il évolue peu. Le film a quand même des qualités : son design, on dirait du Wes Anderson (The Darjeling Limited, La vie aquatique, The Grand Budapest Hotel). Ses acteurs, comme Scarlett Johansson et Sam Rockwell sont doués mais pourquoi leur demander de jouer avec un faux accent allemand s'ils incarnent des Allemands en Allemagne !? Bref, il y avait au départ de bonnes idées... Au départ hélas !

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK