Chronique cinéma

Plus d'infos

"Le traître", un film aussi tragique que passionnant

Le traitre de Marco Bellocchio
Le traitre de Marco Bellocchio - © Ad vitam

Dans sa chronique cinéma de cette semaine, Nicolas Buytaers nous parle du film Le Traître de Marco Bellochio, qui dépeint la Mafia italienne et l'histoire passionnante du juge Falcone.

Une chronique cinéma à écouter dans son intégralité ci-dessous.

Le traître

Nous sommes au début des années 80. Une époque où, en Italie, un homme a décidé de faire tomber la Mafia, la Cosa Nostra. C'est le juge Falcone. Comment va-t-il y arriver ? Avec le témoignage de Tommaso Buscetta ! Buscetta est l'un des membres de la Cosa Nostra. Arrêté au Brésil, le voilà extradé en Italie. Et là, il va faire ce que tout le monde pensait impensable : il va se mettre à table. Il ne va pas tout avouer mais il va raconter sa vie... Sa vie au sein de la Mafia !

Voilà ce que raconte Le traître, le nouveau film de Marco Bellochio, l'un des maîtres du Cinéma italien qui tout au long de sa filmographie a toujours pris un malin plaisir à critiquer et malmener les piliers de la société italienne comme la religion avec Au nom du père, la famille avec Le Saut dans le vide et l'armée avec La Marche triomphale. Il fait donc de même ici avec cette fresque inspirée de faits réels et de véritables personnages. C'est tout aussi prenant qu'intéressant, violent et drôle parfois. Les scènes de procès sont dignes de la Comedia dell arte tellement juges, avocats et prévenus sont grotesques. La scène de la mort du juge Falcone reste saisissante de réalisme. L’acteur principal du film Pierfrancesco Favino (vu entre autres dans la série Marco Polo), interprète de Buscetta, est magnifique ! En bref, du grand cinéma avec une histoire tout aussi tragique que passionnante !

Notre-Dame

Maud Crayon est architecte et sur un énorme malentendu des plus magiques, des plus mystiques voire des plus mystérieux, elle va remporter le concours du réaménagement du parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Un concours qui va lui permettre de retrouver son amour de jeunesse et de remettre toute sa vie en question !

Cette comédie douce-amère, on la doit à l'actrice et réalisatrice Valérie Donzelli (La reine des pommes, La guerre est déclarée). Le film Notre-Dame laisse l’impression que Valérie Donzelli a voulu se la jouer Marie Poppins : les références y sont nombreuses. Mais dans ce mélange de magie, de douceur et de bienveillance, la réalisatrice a tout balancé. Tout et souvent n'importe quoi ! En fait, elle multiplie les genres (du burlesque au poétique en passant par le drame) dans ce film mais la sauce ne prend jamais. Elle accumule les effets mais ne les répète jamais. Comme si elle testait, elle tâtonnait sans réellement se décider. Le spectateur non plus, ne sait sur quel pied danser. En plus, il y a parfois des hasards qui font de drôles (et mauvaises) coïncidences : ce film a été imaginé, écrit, tourné et monté avant l'incendie de Notre-Dame. Et ce film ne rend pas réellement hommage à l’édifice !

Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker

Un film incontournable pour ses fans. Mais quels fans ? Ceux de la première heure ou les autres ? Le 9e épisode de la saga Star Wars sort aujourd'hui et c’est un carton annoncé. Un ultime épisode qui enfin met un terme à cette histoire débutée en 1977. Un film intitulé L'ascension de Skywalker, réalisé par JJ Abrams (la série Lost). Il avait déjà ressuscité la franchise Star Trek mais aussi Star Wars, avant de l'enterrer diront les mauvaises langues. Il faut réellement avoir vu les derniers épisodes pour comprendre ce nouvel opus. Il faut même avoir en tête toute la saga. Avec la première trilogie, on a cru que le héros était Luke Skywalker. Avec la deuxième trilogie, on nous a dit que le héros de l'histoire était finalement Anakin Skywalker qui deviendra Dark Vador. Mais avec cette troisième et dernière trilogie, finalement, on comprend que le véritable héros - ou en tout cas sa figure centrale - est (attention spoiler) l'empereur Palpatine ! Il aura tout fait pour régner sur la galaxie même revenir d'entre les morts !

Bref, tout ça pour ça… C’est un film ni réussi ni raté, avec son lot de nouveaux personnages sans réelles consistances, alors que les premiers héros de la première trilogie avaient été bien écrits. Un film de space-opéra, aux effets spéciaux peu impressionnants. Un film gentil, tout simple, sans plus, pour terminer une saga qui, malgré tout, aura marqué l'Histoire du Cinéma.

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK