Chronique cinéma

Plus d'infos

Le Commissaire Maigret a 90 ans : retour sur les trois films portés par Jean Gabin

Dans sa chronique cinéma Nicolas Buytaers nous parler d’un certain Commissaire Maigret qui fête ses 90 ans. L’occasion de parler de son interprète de choix, monsieur Jean Gabin. 

À lire aussi : Entre blagues et œufs de Pâques au Cinéma

​​​​​​​Maigret tend un piège

Gabin a fait un travail hallucinant. Ça me gêne du reste un peu, parce que je ne vais plus pouvoir voir Maigret que sous les traits de Gabin.

Ces mots, ce sont ceux de Georges Simenon, le père du commissaire Jules Maigret – notez qu’il avait aussi dit ça de son ami Michel Simon vu en Maigret dans le film "Brelan d’as" sorti en 1952. Le premier Maigret avec Jean Gabin s’intitule "Maigret tend un piège". Réalisé par Jean Delannoy en 1958, on suit d’abord notre commissaire complètement perdu après une série de meurtres causés en pleine canicule en été à Paris. Alors que l’assassin semble insaisissable, Maigret décide de lui tendre un piège. Sachant que ses victimes ont toutes le même profil, il convoque toutes les auxiliaires de la police correspondant à ce profil. Entraînées pour réagir en cas d’attaque, ces policières parcourent les rues de la capitale française en attendant l’impensable…

Classique et efficace, "Maigret tend un piège" balance entre le polar, le drame et la comédie de mœurs. Huis clos à ciel ouvert dans ce Montmartre terrorisé par un tueur en série, on retrouve dans ce film de la tension, de l’angoisse, de la psychologie et un Maigret qui rumine, qui semble impuissant face à la folie d’un assassin. Un Maigret terriblement humain incarné par Jean Gabin dont la gouaille, le débit et l’accent collent on ne peut mieux aux dialogues imaginés par Michel Audiard.

Ce DVD est proposé par l’éditeur Coin de Mire, un excellent éditeur DVD spécialisé dans la diffusion de films issus du Patrimoine du Cinéma français. Pour honorer ce patrimoine, Coin de Mire vous présente ces films dans un coffret ultra collector avec deux disques, soit un Blu-Ray et un DVD, soit un film diffusé avec toutes les restaurations nécessaires. Mais aussi des bonus (comme les informations de l’époque, des bandes-annonces), un livret d’anecdotes autour de l’œuvre et de ses acteurs, un poster et des photos du film ! Un must pour les cinéphiles !

L’affaire Saint-Fiacre

Maigret revient à Saint-Fiacre, le village où il est né. Il revient suite à l’invitation de la comtesse de Saint-Fiacre, l’une des rares femmes qui a compté dans la vie du commissaire. Même si elle continue de le surnommer affectueusement le "petit Jules", Madame la Comtesse a peur après avoir reçu des menaces de mort. Le lendemain de son arrivée, Maigret ne peut assister qu’impuissant à la mort de celle qu’il a tant vénérée…

Avec ce Maigret, réalisé en 1959, Jean Gabin impose plus que jamais son physique au célèbre commissaire à la pipe éternellement – ou presque - calée en bouche. Un physique mais aussi et surtout une humanité et pas mal de sentiments. Maigret n’est pas qu’un officier de police dur et froid envers les présumés coupables qu’il interroge, non c’est encore un monstre de compassion !

Voilà un film toujours proposé par Coin de Mire avec ses bonus et son packaging classieux, à l’image du film !

Maigret voit rouge

Maigret voit rouge est le troisième et dernier Maigret interprété par Jean Gabin. Tout commence avec trois hommes à bord d’une Chevrolet qui tirent sur un américain en plein Pigalle. Un passant est témoin de la scène mais lorsqu’il s’approche de la victime, c’est une DS blanche qui vient d’emporter le cadavre. Pour démarrer son enquête, Maigret décide de se rendre à l’Ambassade des États-Unis. Là on lui demande de tout laisser tomber. Ce qui ne fait qu’attiser la curiosité et l’intérêt du commissaire pour cette étrange affaire…

Des bons mots, le charme de la toute jeune Françoise Fabian, des seconds rôles avec de vraies gueules de cinéma pour des personnages atypiques et un Gabin en pilotage automatique, tout cela compose ce "Maigret voit rouge" réalisé par Gilles Grangier ("Gas-oil", "Le cave se rebiffe", "Le gentleman d’Epsom", aussi avec Gabin en tête d’affiche), sorti en 1963. Un classique du film policier toujours proposé par Coin de Mire en version Prestige avec ses bonus élégants.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK