Chronique cinéma

Plus d'infos

La moustache sur grand écran pour un cinéma au poil !

Ce mercredi 29 avril, l’immense Jean Rochefort aurait eu 90 ans ! On a tous en tête l’un de ses films voire une scène où il promène son élégance et de son flow si particulier balance ses punchlines cultes. Pour Adèle de la Matinale, cet anniversaire, cette commémoration méritait bien un focus dans le COVID-éo-CLUB de Musiq3. Voilà pourquoi elle a choisi comme thème cette semaine la moustache au Cinéma !

Pour moi, me raser la moustache, revient à enlever mon slip !

Qui d’autre à part Jean Rochefort aurait pu lâcher pareil aphorisme ? ! Jean et sa moustache étaient si intimement liés que l’un sans l’autre c’est comme… Milan sans Remo. Et pourtant, sa carrière, d’abord au théâtre puis à la télévision, il la démarre sans cette fameuse moustache. Au cinéma, notre cher Jean imberbe est incroyable dans Symphonie pour un massacre de Jacques Deray. Sorti en 1963, ce polar au sujet d’un casse raté était terriblement moderne pour l’époque dans sa narration, sa mise en scène et ses propos. Toujours sans moustache, Rochefort nous a fait rire dans Ridicule de Patrice Leconte, qui a remporté le César du Meilleur film et du Meilleur réalisateur en 1996. L’acteur disait encore de lui, "sans moustache, j’ai l’air de ce que je suis, une vraie saloperie, un faux derche sans lèvres… Je n’inspire pas confiance !"

Oui mais bon, s’il ne fallait en retenir qu’un… Un film avec Jean Rochefort, j’hésiterais entre Courage fuyons et Un éléphant ça trompe énormément, deux comédies d’Yves Robert. Dans la première, malgré une hilarante lâcheté, Jean tente de draguer une magnifique (mais froide) Catherine Deneuve alors que dans la seconde, Rochefort se prend pour Casanova en séduisant Annie Duperey. Il se prend surtout les pieds dans le tapis oui !

Des films capillotractés

Donc pour ce COVID-éo-CLUB de la semaine entièrement dédié au plus célèbre postiche du Septième Art, passons surtout en revue les acteurs ayant porté à merveille cette moustache… en vrac et dans le désordre.

Il y a Brad Pitt bien entendu dans Inglourious Basterds de Quentin Tarantino (2009). Qui dit Brad dit George… George Clooney dans O’Brother des frères Coen, un road-movie comique sur fond de musique Bluegrass sorti en 2000. Et qui dit George dit encore Jean… Jean Dujardin avec cette moustache tout aussi fine que légère – en trait de crayon comme on disait - vue dans The Artist de Michel Hazanavicius en 2011. Une moustache comme en portaient avec élégance Douglas Fairbanks et Tyrone Power qui ont tous les deux interprété Zorro. Sans oublier Clark Gable dans Autant en emporte le vent en 1939. Et Errol Flynn alors ? Oui Errol aussi… tout comme Vincent Price et Oliver Hardy (mais pas Stan Laurel) et Charlie Chaplin et bien d’autres et j’en passe… tout comme je saute les époques pour arriver à Marlon Brandon dans la saga du Parrain de Francis Ford Coppola. J’aurais pu/dû encore vous citer Charles Bronson, Le Justicier voire Coluche dans Tchao Pantin de Claude Berri (1983) ou Yves Montand. Le Papet de Jean de Florette et Manon des sources est l’un de ses plus beaux rôles. Cette scène de fin dans Manon… quand il apprend toute la vérité en écoutant ces deux petites vieilles parler sur un banc et cette musique… avec Toots Thielemans à l’harmonica, j’en frissonne encore. La liste est trop longue… surtout que pour ces exemples, il ne s’agit que de fines moustaches. Pour la moustache plus épaisse, plus dense, plus virile… en balais brosse, je ne compte plus les westerns ni les films de… Burt Reynolds comme Cours après moi Shérif (1977) et L’équipée du Cannonball (1981). Notez encore que c’est sans moustache dans Délivrance (1972) qu’il est le meilleur !

Moustache, l’acteur

J’évoquais Zorro plus haut. Le renard masqué joué par Alain Delon reste plus que jamais mon préféré. Bon d’accord, dans ce film, qu’il avait accepté pour faire plaisir à son fils Anthony, Alain ne porte pas de… moustache mais il partage l’affiche avec… Moustache, l’acteur franco-grec de son véritable nom François-Alexandre Galepides ! Second rôle à la bonne bouille du Cinéma français dans les années 50 et 60 (on l’a vu, entre autres, dans Du rififi chez les hommes de Jules Dassin et Ni vu Ni connu d’Yves Robert), Moustache était aussi et surtout un jazzman accompli avec plusieurs 33 tours dans sa discographie.

Moustache, le film

Mais il le fait exprès ou quoi ! ? Je vous entends d’ici, chers lecteurs… Comment ne pas évoquer la Moustache au Cinéma sans écrire un mot sur LE film le plus évident de cette thématique… à savoir… La moustache d’Emmanuel Carrère, sorti en 2005, adapté de son roman homonyme paru en 1986. Un film brillamment emporté par Vincent Lindon qui y interprète Marc, lui qui porte la moustache depuis toujours. Mais un soir, il décide de la raser. Et dès le lendemain, ni sa femme Agnès (Emmanuelle Devos) ni leurs amis ne le remarquent. Pire encore, ils affirment qu’il n’a jamais eu de moustache… Entre drôlerie et malaise, ce film évoque avec finesse la paranoïa, la maladie mentale, les théories du complot… et le rêve qui restent autant de possibilités pour expliquer ce qui arrive réellement à Marc !

Et puis refermons ce COVID-éo-CLUB comme nous l’avons ouvert… en évoquant une fois encore Jean Rochefort et Le Moustachu, une comédie française réalisée par Dominique Chaussois (1987). Dans le jargon des Service secrets français, un moustachu c’est un homme de terrain. Un homme comme le capitaine Duroc (Rochefort donc) qui doit contacter un certain Dax, l’un des membres du groupe terroriste K qui a trahi ses compagnons. Duroc doit lui remettre un passeport et une grosse somme d’argent. La suite ? Entre manipulations et coups tordus, rien ne se passera comme prévu. Imaginez maintenant, Jean Rochefort froid et dur… comme un roc dire à un routier en panne qui répare son moteur : " Vous êtes déménageur ? Dites donc ça doit pas être facile de transporter ces pianos avec vos petits bras ! ? " Et l’autre de lui répondre : " Tu me cherches ou quoi ! ? " J’adore !

Et vous, vous aviez pensé à quels films avec quel moustachu ?

Bon film, bon confinement…

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK