Chronique cinéma

Plus d'infos

Cinéma à la maison : Le Retour de l’homme invisible, un film classique du cinéma d’horreur à redécouvrir

Comme tous les mercredis, Nicolas Buytaers nous présente ses coups de cœur DVD, en attendant la réouverture des salles de cinéma. 

Le retour de l’Homme invisible

À la base, l’Homme invisible est un personnage créé par le romancier britannique HG Wells, auteur de science-fiction prolifique, en 1897. Le cinéma d’horreur s’en est emparé en 1933 avec un premier film des plus intéressants car ce fameux Homme invisible est un "méchant", un homme qui est dépassé par la science qui l’a rendu invisible passe du côté obscur et, désabusé et agressif, il en veut au monde entier.

Comme le succès est phénoménal, une suite a vu le jour. Une suite dont Nicolas Buytaers voulait vous parler. Intitulée "Le retour de l’Homme invisible", cette suite est sortie en 1940 avec l’un des acteurs phares du film d’épouvante, le grand Vincent Price . Dans cette suite, il incarne Geoffrey Radcliffe. Il est condamné à mort pour un crime qu’il n’a pas commis. Voilà qu’il reçoit la visite de Franck Griffin, le frère de l’Homme invisible (celui du premier épisode) et il lui donne son sérum d’invisibilité. Geoffrey s’évade et part sur les traces du véritable meurtrier…

Nous avons donc ici un classique du Cinéma d’horreur doublé d’un polar, triplé d’un drame psychologique car l’invisibilité amène des questions troublantes sur la place de l’individu dans la société et d’autres questionnements sur la santé mentale. Le tout étant emballé avec des effets spéciaux toujours aussi bluffant. Ce cinéma d’époque est certes un peu daté mais oh combien jouissif car inventif et divertissant. Ce film est à (re)découvrir en DVD Blu-ray grâce aux éditions Eléphant Films et à sa collection Cinéma Monster Club à travers laquelle d’autres titres sont disponibles comme "La vengeance de l’Homme invisible", "La Femme invisible" mais aussi "Frankenstein rencontre le Loup-garou" !

Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait…

Une comédie de mœurs, une histoire d’amour aux allures légères mais avec pas mal de belles questions, voilà le résumé de ce film "Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait". Ce film nous raconte l’histoire de Maxime. Il vient passer quelques jours de repos à la campagne chez son cousin François. Sauf que ce n’est pas François qui l’accueille mais Daphné, sa femme enceinte de 3 mois. Le courant passe assez bien entre Maxime et Daphné et très vite, ils vont se raconter leurs histoires d’amour. Ils vont dévoiler les détails les plus intimes de ces histoires, leurs qualités, leurs défauts… Ils vont se dévoiler et révéler leurs réelles personnalités… avec, qui sait, au bout, une nouvelle histoire naissante ?

"Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait…" est une comédie romantico-dramatique que l’on doit au réalisateur français Emmanuel Mouret. En France, c’est l’un des spécialistes du Cinéma du sentiment. Il raconte le sentiment amoureux comme personne, avec tendresse et élégance. Souvenez-vous de "Un baiser s’il vous plaît", "L’art d’aimer", "Fais-moi plaisir" !

Une fois de plus, on retrouve toutes les qualités du cinéma de Mouret : son style, cette innocence, cette naïveté. C’est filmé comme une fable, c’est poétique. Mais on retrouve aussi ses défauts : c’est bavard, un peu trop théâtral parfois… Qu’importe, car c’est toujours bien joué avec, là aussi une fois encore, d’excellents acteurs comme Niels Schneider, Vincent Macaigne, Camélia Jordana et les Belges Emilie Dequenne et une future star à tenir à l’œil, Jenna Thiam !

Le film était sorti en salles en septembre dernier. Vous pouvez le rattraper en DVD avant qu’il ne remporte, le 12 mars prochain, pas mal de César car avec 13 nominations dont celles du Meilleur film, de la Meilleure mise en scène et de la Meilleure actrice (pour Jordana) c’est l’un des grands favoris à cette course aux prix célébrant le Cinéma français !

La nouvelle saison de la série Supergirl

La saison 5 de la série "Supergirl" est disponible chez Warner Home Vidéo. Supergirl, c’est la cousine de Superman. Toute aussi forte que lui, elle est complètement badass…

Ce qui plaît à Nicolas Buytaers dans cette série, c’est son mélange de genres entre la série girly (donc destinée aux filles avec ses codes) et la série d’action pure et dure. Kara (c’est Supergirl) doit non seulement lutter en tant que femme et trouver sa place dans ce monde terriblement macho mais elle doit aussi lutter contre des ennemis extraterrestres et trouver sa place comme super-héroïne cousine du super-héros des super-héros.

En plus ici dans cette saison 5, ce sont nos smartphones et toute cette technologie connectée qui en prennent pour leur grade. Vivement d’autres super saisons…

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK