Chambre avec vue

Du lundi au vendredi de 18:03 à 18:29 sur Musiq3

Plus d'infos

Rencontre avec Lucas Belvaux, réalisateur belge du film "Des Hommes" : "C’est un film sur la mémoire"

Film polyphonique où les voix off retracent à la fois la vie contemporaine des survivants et des rescapés de la guerre d’Algérie mais aussi ces moments de combat durant cette guerre, Des Hommes de Lucas Belvaux est adapté du roman éponyme de Laurent Mauvignier.

Le réalisateur belge Lucas Belvaux nous parle de la longue histoire de son nouveau film, Des Hommes, au micro de Camille De Rijck dans Chambre avec vue.

Au-delà de sa forme et de son style, il y a un regard très particulier sur la guerre d’Algérie mais surtout sur l’après-guerre d’Algérie, sur ceux qui l’ont faite, le retour des conscrits.

Dans son film, entre présent et passé vécu en flash-back, Lucas Belvaux évoque le stress post-traumatique, il décrit les ravages de la guerre sur toute cette jeunesse, les horreurs qu’elle a vécues et gardées en elle.

Des voix off qui s’entrelacent

Pour Lucas Belvaux, les voix off étaient "l’un des enjeux du film". Ces voix off traduisent les souvenirs qui remontent à la surface de la mémoire des différents personnages. Et si ce procédé cinématographique peut parfois alourdir un film, Lucas Belvaux a décidé d’assumer ce choix et d’explorer tout ce que la voix off a à offrir, multipliant les voix off, qui dialoguent à travers les époques, et qui ensuite s’entremêlent en un grand chœur.

La musique originale du film, ce sont les voix off.

Guerre mémorielle

Pour Lucas Belvaux, la mission de ce film était de parler de toutes les personnes qui ont été prises par cette Guerre d’Algérie, les anciens combattants français, mais aussi les Algériens, les harkis, les pieds noirs… "Ce sont plusieurs mémoires".

Qui a raison, quel récit doit prévaloir sur les autres ? "Aucun" répond Lucas Belvaux, qui met en évidence dans son film le récit des anciens combattants français : "le film parle également de la mémoire des harkis, de la mémoire des pieds noirs et j’ai essayé de le traiter de façon, si pas égale en tant, en tout cas en attention, et de ne pas apporter de jugement moral, politique, en restant à hauteur de mémoire humaine et non historique", explique Lucas Belvaux.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK