Ce n'est pas tout

Plus d'infos

La musique érotique, est-ce que ça existe ?

Le douanier Rousseau ne s’appelait pas Douanier. Il s’appelait Henri. Et surnommer Henri Rousseau "Douanier", c’est-à-dire le rappeler à son "vrai" boulot du jour, c’était de la part des critiques parisiens une manière de cantonner ce peintre à ses heures au rang d’amateur.

En 2018, le Douanier inspire à Claude Ledoux, compositeur belge, une partition intitulée "Erotique-Lancinante" grâce à un tableau bien précis : La Charmeuse de Serpents du Douanier Rousseau, un tableau où une jeune fille entièrement noire avec un serpent autour du cou joue de la flûte traversière, au milieu d’une jungle impénétrable…

Dans l’œuvre de Claude Ledoux, l’instrument au centre de la pièce est la flûte. Dans cette "Erotique-Lancinante", une flûtiste charmeuse de serpents qui appelle à revenir à des sources un peu animales et profondes.

Dans les jungles naïves d’Henri Rousseau, toutes les plantes se mêlent, en un amas exotique fantasmé. Ledoux à l’identique, fera jaillir ses influences d’un peu partout.

Les jungles compactes des tableaux d’Henri Rousseau, qui n’a quasi jamais quitté Paris, sont faites d’un exotisme fantasmé ; pompées dans la réalité – mais pour autant, pas réalistes.

La charmeuse de serpents est africaine – mais la flûte soliste qui l’incarne, chez Claude Ledoux, prend des accents… asiatiques.

Découvrez l’Erotique-Lancinante dans ce nouvel épisode de Ce N’est Pas Tout, interprétée par l’Ensemble Fractales

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK