Cantates

Plus d'infos

L'Oratorio de Noël de Bach | 6e cantate : La visite et l'adoration des Rois mages

C’est Noël avant l’heure dans l’émission Cantates de Lothar Seghers. De sa hotte remplie de cantates, il nous propose une série de 6 émissions consacrées à l’Oratorio de Noël de Jean-Sébastien Bach. Mettez vos pas dans ceux du cantor de Leipzig et laissez-vous bercer par la magie des cantates de Noël.

Une série à retrouver en intégralité ci-dessous. 

Bach - Oratorio de Noël : Cantate BWV 248-I, La Naissance
Bach - Oratorio de Noël : Cantate BWV 248-II, L'annonce aux bergers
Bach - Oratorio de Noël : Cantate BWV 248-III, L'adoration des bergers
Bach - Oratorio de Noël : Cantate BWV 248-IV, La circoncision et le nom de Jésus
 
Bach - Oratorio de Noël : Cantate BWV 248-V, Le voyage des rois mages  
 

Cantate BWV 248-VI : L'Adoration des Rois mages

Les textes en allemand des six cantates sont issus du Nouveau Testament. Le récit que relate la sixième cantate suit immédiatement le voyage des Rois Mages et traite de l'Adoration des Rois Mages auprès du Christ. 

Ce récit des trois rois mages prend sa source dans l’Évangile selon Matthieu, unique évangile qui fait mention des mages. Chez Matthieu, on ne précise pas combien de mages sont présents - même si l'utilisation de la forme plurielle laisse entendre qu'ils sont au moins deux - et surtout, les mages ne sont pas qualifiés de rois. Par contre, il est bien fait mention des présents qu'offrent les mages à Jésus, à savoir de l'or, de l'encens et de la myrrhe.

La tradition chrétienne actuelle faisant état de trois rois mages du nom de Melchior, Balthazar et Gaspard s'est donc construite au fil des années, au travers de textes apocryphes. 

Pour en connaître plus sur l'histoire des Rois mages, cliquez ici

2 images
Châsse des Saints Rois Mages (cathédrale de Cologne) © Tous droits réservés

Le texte de l'oratorio BWV 248-VI

54. Herr, wenn die stolzen Feinde schnauben,
So gib, daß wir im festen Glauben
Nach deiner Macht und Hülfe sehn!
Wir wollen dir allein vertrauen,
So können wir den scharfen Klauen
Des Feindes unversehrt entgehn.

59. Ich steh an deiner Krippen hier,
O Jesulein, mein Leben;
Ich komme, bring und schenke dir,
Was du mir hast gegeben.
Nimm hin! es ist mein Geist und Sinn,
Herz, Seel und Mut, nimm alles hin,
Und laß dirs wohlgefallen!

64. Nun seid ihr wohl gerochen
An eurer Feinde Schar,
Denn Christus hat zerbrochen,
Was euch zuwider war.
Tod, Teufel, Sünd und Hölle
Sind ganz und gar geschwächt;
Bei Gott hat seine Stelle
Das menschliche Geschlecht. 

Seigneur, lorsque les fiers ennemis menacent,
fais que, dans une foi sûre,
nous nous attendions ta puissance et ton aide.
Nous ne voulons faire confiance qu’à toi,
ainsi nous pourrons échapper aux griffes aiguisées
de l’ennemi, sans dommage.

Je me tiens près de ta crèche,
ô petit Jésus, ma vie ;
Je viens, je t’apporte et je t’offre
ce que tu m’as donné.
Prends-le ! c’est mon esprit et mon sentiment,
mon cœur, mon âme et mon courage, prends tout
et laisse-t’en satisfaire.

Maintenant vous êtes bien vengés
de l'armée de vos ennemis,
car le Christ a brisé
ce qui vous était contraire.
La mort, le diable, le péché et l’enfer
sont totalement et sûrement affaiblis ;
auprès de Dieu a sa place
le genre humain.

Cette cantate se chante lors de l'Épiphanie, le 6 décembre. 

Rendez-vous ce dimanche 13 janvier pour l'émission Cantates.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK