A portée de mots

Tous les dimanches de 22:00 à 23:00 sur Musiq3

Plus d'infos

Rencontre avec Sandrine Willems autour de son nouveau roman "Consoler Schubert"

Originaire de Bruxelles, après avoir passé 12 ans à Nice, Sandrine Willems est arrivée à Montpellier en 2016.

Elle a travaillé pour le théâtre (comme comédienne, metteur en scène et auteur) et le cinéma (comme scénariste et réalisatrice). Passée ensuite à la littérature, elle a publié des romans, puis des essais, où la question biographique est centrale.

Parallèlement, après un doctorat de philosophie, elle devient psychologue, et centre ses recherches sur les relations au non-humain, "de l’animal au sacré", thème sur lequel portent certains de ses livres.

Passionnée par les échanges de parole et de pensée, elle a animé plusieurs séminaires, notamment à l’Université de Paris XIII et de Montpellier, ainsi que des ateliers, à visée thérapeutique, philosophique ou artistique.

Consoler Schubert

Dans son nouveau roman, qu’elle intitule Consoler Schubert, elle entrelace la vie du compositeur et celle d’une dentellière, qui vit plus d’un siècle et demain après lui, c’est d’ailleurs à ce moment-là que la musique de Schubert commence à se propager et à être réellement connue. Cette dentellière voit sa vie peu à peu envahie par cette musique qu’elle écoute de plus en plus et ça devient comme un axe directeur de sa vie.

La musique de Schubert se mêle dans le roman, en est une partie intégrante.

"À plus d’un siècle de distance, deux vies s’entrelacent, celle de Schubert et celle d’une dentellière, qu’envahit peu à peu la musique du premier. Tous deux sont conduits par un amour impossible, et la plus profonde mélancolie. Tous deux tentent de sonder leur âme en écoutant celle du monde. Tous deux se demandent à quoi ils croient, ce qui les fait tenir, et s’interrogent sur le pouvoir, ou l’impuissance, de la musique et des mots. Ce faisant l’écriture tend à se fondre dans celle de Schubert, allant de la candeur au dénuement."

La musique de Schubert est vraiment la musique de l’intime, au sens propre du terme, c’est la musique la plus intérieure, elle touche à quelque chose de mystique. Schubert touche au fond dont on ne sait plus parler, c’est comme une émotion absolue.

Une rencontre à suivre ci-dessous

Programmation musicale :

Franz SCHUBERTL’Andante du Quatuor à cordes n°13 " Rosamunde " en la mineur D 804. Quatuor Artemis. Virgin Classics.

Franz SCHUBERTLe troisième mouvement de la Sonate en ut mineur pour piano D 958 op posth. N°19. Leif Ove Andsnes. EMI 3843212.

Franz SCHUBERTLe deuxième mouvement de la Sonate en la mineur D 959 n°20. Radu Lupu. DECCA 4757074.

Franz SCHUBERTDer Leiermann (Winterreise). Matthias Goerne & Christoph Eschenbach. HM 902107.

Franz SCHUBERTLe premier mouvement de la Sonate pour piano en si bémol majeur D 960. Sviatoslav Richter. Praga Digital 254032.

Franz SCHUBERTLe dernier mouvement de la Fantaisie en fa mineur à 4 mains D 940. Murray Perahia et Radu Lupu. SK 39511.

Production et présentation : Axelle THIRY

Réalisation : Thierry LEQUEUX

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK