A portée de mots

Tous les dimanches de 22:00 à 23:00 sur Musiq3

Plus d'infos

" Gratia Mundi. Raphaël, la Grâce de l'Art ", de Daniel Salvatore Schiffer (éditions Erick Bonnier)

Daniel Salvatore Schiffer
Daniel Salvatore Schiffer - © Luc Deglin

En ces temps de confinement, en attendant la diffusion d'un entretien avec Daniel Salvatore Schiffer, nous vous proposons la lecture d'extraits de son livre, sélectionnés avec l'auteur, accompagnés de ses commentaires et des oeuvres musicales qu'il a choisies. 

"2020 signe le 500e anniversaire de la mort du peintre Raphaël, l’un des trois grands génies de la Renaissance, aux côtés de Michel-Ange et de Léonard de Vinci.
Ainsi ce livre commence-t-il logiquement, et de manière chronologique, là où mon
précédent ouvrage, Divin Vinci – Léonard de Vinci, l’Ange incarné, se termine.

D’autant que Léonard fut aussi l’un des principaux maîtres (avec le Pérugin) de
Raphaël lorsque celui-ci vécut à Florence, après avoir quitté sa ville natale d’Urbino, foyer intellectuel et artistique des Marches, région, aux confins de l’éblouissante Toscane et de l’élégante, mais secrète, Ombrie, de l’Italie centrale.
Né un Vendredi Saint, le 6 avril 1483, et mort également un Vendredi Saint, le 6 avril 1520, à l’âge de 37 ans seulement, Raphaël, génie précoce, à la vie romanesque et à la mort mystérieuse, mais à l’oeuvre immense surtout, fut considéré, de son vivant, comme un mythe, à l’instar de Léonard. Il est le seul artiste à avoir les honneurs, à Rome, où il s’est éteint après une folle nuit d’amour auprès de sa " Fornarina ", du panthéon, lieu sacré, dédié, dans l’Antiquité, au culte des dieux. 
C’est donc l’art tout autant que la vie, sinon la pensée, de Raphaël, peintre et architecte adulé par les papes, tout autant que par les princes de son temps, que cet essai s’emploie à élucider : une constante et quadruple interpénétration entre l’idéal esthétique, l’analyse philosophique, le parcours artistique et le récit biographique.
Mais, non moins étonnant, Raphaël est aussi celui qui, nanti de son incommensurable talent, inspira quelques-uns des plus grands peintres de l’art classique, dont Ingres, ou de l’art moderne et contemporain, au premier rang desquels figure Modigliani.
Il convient enfin d’entendre le mot "grâce" au double sens du terme : théologique
(dans le sens de "pardon", de "clémence divine") et esthétique (dans le sens de
"beauté", d’"élégance artistique")." D.S.S.

Avant-propos d'Igor & Grichka Bogdanov 
Postface de Jean-Loup Seban

 

Daniel Salvatore Schiffer, Italien de naissance, mais de culture française, est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, traduits, dans le monde entier, en plusieurs langues. Il est professeur d’esthétique et de philosophie de l’Art.

https://www.erickbonnier-editions.com/essais/gratia-mundi-rapha%C3%ABl-la-gr%C3%A2ce-de-l-art/

 

Programmation, signée Daniel Salvatore Schiffer : 

Claudio  MONTEVERDI - Extrait du Pianto della Madonna. La Compagnia del Madrigale. Glossa 922805.

Wolfgang Amadeus  MOZART - Laudate dominum omnes gentes (Vesperae solennes de confessore K 339). Edith Mathis & Staatskapelle de Dresde sous la direction de Peter Schreier. DECCA.

Georg Friedrich  HAENDEL - Ombra mai fu (extrait de Serse) . Andreas Scholl & Akademie für Alte Musik Berlin. Harmonia mundi ,

Ludwig van  BEETHOVEN - Le premier mouvement de la Sonate n°14 en ut dièse mineur " Clair de lune " . Murray Perahia  . DG 002894798.

Roland de  LASSUS - Suzanne un jour . Vox luminis sous la direction de Lionel Meunier , Ricercar 352 .

Claudio  MONTEVERDI - Amor, dicea, il ciel (extrait du 8ème livre de madrigaux) Lamento della Ninfa SV 163 . Nuria Rial  & L'Arpeggiata sous la direction de Christina Pluhar . Virgin classics 3614000 .

Complément :

Felix  MENDELSSOHN - Romances sans paroles opus 62 n°1 et 6. Andras Schiff. DECCA 4211192.

Production et présentation : Axelle THIRY

Réalisation : Francis WILLEMS