Sandrine Piau nous offre un disque tout en Clair-Obscur

Une chanteuse française, un orchestre français, un chef français et un disque qui s’appelle Clair-Obscur ? On s’attend à un programme de mélodies françaises, d’autant que Sandrine Piau a montré, notamment dans ses récents enregistrements avec Susan Man off, qu’elle a un art consommé de construire des programmes originaux.

Rien de cela ici, ou presque. Ce Clair-Obscur est plutôt Helldunkel, avec un programme allemand et autrichien : les Quatre derniers lieder de Richard Strauss (dont on entendra aussi Morgen, Meinem Kinde et Malven) croisent les Sept lieder de jeunesse d’Alban Berg, et c’est à Alexander von Zemlinsky qu’il revient d’ouvrir le programme avec une belle rareté : Waldgespräch, une conversation forestière de sept minutes pour soprano, deux cors, harpe et violon.

C’est chanté avec simplicité – ce qui n’exclut pas l’élégance – et un grand sens de la clarté des textes, et on apprécie d’avoir un accompagnement d’orchestre et pas seulement de piano. Certes, l’Orchestre Victor Hugo de Franche-Comté ne peut pas rivaliser avec le Philharmonique de Vienne ou la Staatskapelle de Dresde dans les Vier Letzte Lieder, mais l’accompagnement proposé par le chef Jean-François Verdier n’en est pas moins soigné et en parfaite symbiose avec l’approche de Piau. De quoi illustrer cette jolie phrase de Georges Braque placée en exergue du disque : Le vase donne une forme au vide et la musique au silence.

CD Alpha/Outhere

Découvrez cet album avec Sandrine Piau, au micro de Brigitte Mahaux

Tentez de remporter un exemplaire de l'album

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK