Lully, Grands motets - Leonardo Garcia Alarcon

L’avis de Nicolas Blanmont

Les occasions d’entendre la musique sacrée de Lully sont rares, et il faut donc saisir celle-ci ! A la tête de ses ensembles belges – le Chœur de Chambre de Namur et le Millenium Orchestra – mais aussi avec sa Capella Mediterranea pour assurer le continuo et un excellent sextuor de solistes (Junker, Van Wanroij, Vidal, Auvity, Lenaerts et Buet), Leonardo Garcia Alarcon propose trois des onze grands motets laissés par le compositeur, et certaines de ces œuvres surprendront-elles ceux qui ne les connaissent pas.

Pas tellement, sans doute, le Te Deum de 1677, déjà souvent enregistré et (tristement) passé à la postérité comme l’œuvre que le grand compositeur dirigeait lorsque, en 1687, il se donna sur le pied le coup de bâton aux funestes conséquences que l’on sait. L’œuvre est splendide, mais dans le style grandiose qu’on attendu du genre et qui donc ne surprend pas. Pr contre, le Dies Irae et le De Profundis, tous deux donnés en 1683 pour les funérailles de la Reine Marie-Thérèse et repris sur ce disque, sont d’un autre genre : plus sombre, forcément, mais aussi d’une intensité souvent poignante dans cette interprétation superbe.

CD Alpha

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK