Luigi Piovano et Antonio Pappano dans les œuvres pour violoncelle et piano de Brahms et Martucci

Que font deux chefs d’orchestre lorsqu’ils se retrouvent dans une villa perdue dans la campagne toscane ? De la musique de chambre ! L’un, Antonio Pappano, se met au clavier d’un vieux Steinway de 1878 que le propriétaire a installé dans le salon. L’autre, Luigi Piovano, a avec lui son violoncelle Gagliano de 1710.

Les deux hommes se connaissent bien : Piovano, chef de l’orchestre de chambre Archi di Santa Cecilia, est le premier violoncelle de l’orchestre romain de Santa Cecilia, dont Pappano est le directeur musical, tout comme il l’est d’ailleurs du Covent Garden de Londres.

Malgré des agendas qu’on imagine plus que chargés, les deux hommes jouent souvent ensemble, et ont développé une véritable complicité. Elle fait merveille dans les deux sonates opus 38 et opus 99 de Brahms mais aussi, beaucoup plus rare, les deux romances opus 72 de Giuseppe Martucci, compositeur raffiné et intense dont la musique reste trop peu connue au nord des Alpes.

CD Arcana/Outhere

Retrouvez Luigi Piovano et Antonio Pappano au micro de Camille De Rijck