L'ensemble Oxalys et les nonettes de Rota, Eisler, Martinu

Si l’ensemble Oxalys s’intéresse avant tout au répertoire de la "belle époque" - qu’il cadre de 1870 à 1930 – il s’aventure aussi dans des répertoires plus récents, comme sur ce nouveau disque : au menu, trois nonettes composés au XXe siècle par trois compositeurs éminemment différents par leur style et par leurs références culturelles mais qui se rejoignent dans cette limite entre la musique de chambre et l’orchestre de chambre, mais aussi dans un style qui ne s’éloigne jamais totalement de la tonalité. Deux des pièces ont une distribution identique et traditionnelle (flûte, hautbois, clarinette, cor, basson, violon, alto, violoncelle et contrebasse), et la troisième ne s’en écarte qu’à peine.

La pièce la plus ancienne (1941) est de Hans Eisler, où les racines berlinoises connues du compositeur se mêlent à des influences mexicaines – il vivait alors Outre-Atlantique. Le nonette de Bohuslav Martinu (1959) présente des couleurs tchèques évidentes, mais aussi cette liberté de ton, affranchie des modes ou diktats, caractéristique du compositeur. Le nonette de Nino Rota, achevé en 1977 après près de vingt ans sur le métier, évoque forcément les univers musicaux qu’il conçut pour les films de Federico Fellini. Le tout est interprété avec fluidité et conviction par les membres de l’ensemble à géométrie variable.

La très jolie pochette vient opportunément nous rappeler que le constructeur Messerschmitt délaissa un instant les avions pour commercialiser de séduisants tricycles à moteur. Et qu’un tricycle, c’est en quelque sorte le tiers d’un nonette.

CD Passacaille/Outhere

Ecoutez un extrait

Tentez de remporter un exemplaire de cet album

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK