RTBFPasser au contenu

Giovanni Antonini sort son chalumeau dans ce nouvel album consacré aux concertos pour flûte de Vivaldi

Critique de Nicolas Blanmont

Quel diable d’homme que Giovanni Antonini ! Une intégrale des symphonies de Haydn en route et à terminer pour 2032, plus bien sûr des concerts et des opéras. D’autres s’en contenteraient peut-être, mais pas lui. Le dynamique chef italien est aussi, à l’origine, flûtiste à bec, et il n’a pas perdu la main, comme le prouve ce disque gravé avec le Giardino Armonico, pionnier des orchestres italiens sur instruments anciens dont il fut un des fondateurs et dont il reste le directeur musical depuis plus de trente ans.
A leur menu : des concertos pour flûte ou flûte à bec d’Antonio Vivaldi, pour lesquels Antonini joue en alternance quatre instruments différents. On trouvera ici trois concertos pour flautino (la flûte à bec sopranino) – les RV 443, 444 et 445 –, et deux concertos pour flûte à bec : les RV 441 et 442. Mais les Italiens proposent aussi le célèbre concerto La tempesta di mare, édité pour flûte traversière à l’époque mais donné ici de très convaincante façon à la flûte à bec. Et il y a même une surprise du chef : Antonini sort son chalumeau pour jouer le Cum dederit du Nisi dominus, prouvant que cet instrument rare se substitue étonnamment bien à la voix humaine.

CD Alpha/Outhere

Découvrez un extrait de l’album ci-dessous

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK