Giovanni Antonini continue son ambitieuse intégrale des symphonies de Haydn

Neuvième volume de l’ambitieuse intégrale des symphonies de Haydn entreprise par Giovanni Antonini pour le label Alpha dans la perspective du tricentenaire de 2032 ! Les principes de base sont connus : une progression non pas chronologique mais thématique (ce neuvième disque a pour titre "L’adieu"), une alternance d’orchestres (cette fois, le Giardino Armonico), l’insertion parmi les symphonies (deux ou trois par CD) d’une œuvre autre, soit de Haydn lui-même (c’est le cas ici avec la Scène de Bérénice), soit d’un autre compositeur, et enfin le recours à l’agence Magnum pour la pochette et d’autres photos ornant le livret (signées ici Patrick Zachmann).

Evidemment, la démarche thématique, au disque comme au concert, impose parfois un grand écart, surtout pour de la musique qui n’est que très rarement programmatique. Ici, le thème des adieux est illustré par la symphonie n° 45 en fa dièse mineur, célèbre pour le départ progressif des musiciens lors du dernier mouvement, mais aussi par la symphonie n° 35 en si bémol majeur (une symphonie de bienvenue qui célébrait un retour du Prince Esterhazy) et par la symphonie n° 15 en ré majeur (retenue pour ses ressemblances, pas absolument troublantes, avec la symphonie n° 45).

Mais on se fiche en fait un peu du respect de la cohérence du thème : l’orchestre sonne avec une verdeur enthousiasmante, et le chef dirige avec une énergie et un sens dramatique assez irrésistibles.

CD Alpha/Outhere

Découvrez un extrait de l’album

Tentez de remporter un exemplaire

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK