Damien Guillon porte sur le devant de la scène les lieder de Philipp Heinrich Erlebach

Né en 1657 et mort en 1714, Philipp Heinrich Erlebach fit l’essentiel de sa carrière à la Cour de Rudolstadt en Thuringe, ville à laquelle on ne fera pas injure en disant qu’elle n’eut pas vraiment, ni à l’époque, ni de nos jours, un important renom international. C’est dire que la musique de ce compositeur pourtant talentueux ne connut pas une large circulation de son temps ni après, et que son nom reste encore confidentiel même s’il est apparu sporadiquement ces dernières années dans des programmes de cantates baroques allemandes.

On se réjouira donc de ce disque de lieder, terme à ne pas prendre au sens où on l’entend d’habitude (mélodies allemandes du XIXe et du XXe avec accompagnement de piano) mais comme des arias assez élaborées tant dans leur structure que dans leur soutien instrumental. Damien Guillon a choisi huit de ces " arias morales et politiques avec les ritournelles correspondantes " et en propose ici une très sensible lecture, avec le soutien soigné de son ensemble Le Banquet céleste. On trouvera également sur le disque deux belles sonates en trio, qui confirment qu’on reste preneur pour connaître d’autres pages encore de ce musicien oublié.

CD Alpha/Outhere

Ecoutez un extrait

Tentez de remporter un exemplaire

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK