Ruth Crawford-Seeger, compositrice avant-gardiste américaine, actrice du renouveau de la musique folklorique américaine

Ruth Crawford-Seeger est une compositrice, pédagogue et musicologue américaine née au début du 20e siècle. Inspirée notamment par la musique sérielle, elle développera son propre style musical. Elle a également été une actrice à part entière du renouveau et de la sauvegarde de la musique folklorique américaine, transcrivant, arrangeant et théorisant autour de cette musique.

Née en 1901 dans l’Ohio, Ruth Crawford-Seeger apprendra le piano aux côtés de sa mère avant de parfaire son éducation à Jacksonville en Floride mais aussi à Chicago à l’American Conservatory of Music. Elle rencontre le compositeur Henry Cowell mais aussi le poète Carl Sandburg à Chicago. C’est à cette période qu’elle commence à s’intéresser aux musiques folkloriques américaines.

En 1929, elle est la première femme à obtenir la Bourse Guggenheim. Elle part étudier à Berlin où elle rencontrera Alban Berg ou encore Béla Bartók et y apprivoisera la musique et les théories d’Arnold Schönberg. Elle part ensuite étudier à New York à l’Institute of Musical Art (de nos jours, la Julliard School). Elle y rencontre Charles Seeger, compositeur, musicologue et théoricien d’un contrepoint qui se voudrait "dissonant". Ils se marient en 1932 et auront trois enfants qui feront eux aussi carrière dans la musique folk.

Le répertoire de Ruth Crawford-Seeger comporte des pièces pour piano, de la musique de chambre ou pour orchestre, des chants pour voix seule ou encore pour chœurs. Dans les années 1920, la musique de Ruth est influencée par Scriabine ou encore Schönberg. Elle est atonale et colorée. Durant les années 1930, installée à Washington avec sa famille, Ruth se plonge dans la musique folklorique américaine qu’elle étudie de manière approfondie. Elle publie plusieurs recueils d’arrangements de chants populaires. Mais elle n’oublie pas pour autant l’atonalité vers laquelle elle revient notamment en 1952 dans un quintette à vent, avant de mourir emportée par un cancer en 1953.

Sources :

Projet de l'UER, conçu et produit par la Radio Danoise pour la Journée Internationale des Droits des Femmes.

Retrouvez les portraits de compositrices

Hildegarde von Bingen

Compositrice, femme de lettres, féministe avant l’heure et religieuse. Hildegarde entend des voix toute sa vie. Ce n’est que vers ses 40 ans qu’elle décidera enfin de consigner par écrit ses visions et messages divins que les voix lui confessent. Scivias : Sache les voies du Seigneur. Entre ses écrits religieux, ses écrits touchant la médecine, son implication dans la politique de l’époque, elle composera également près de 70 chants liturgiques, hymnes ou séquences.

Ecouter son portrait.

Francesca Caccini

Chez les Caccini, la musique est une affaire familiale. Le père, Giulio, est un compositeur au service de la famille Médicis à Florence et toutes les femmes de la famille sont chanteuses. C’est dans ce milieu faste que Francesca Caccini connaîtra une carrière de musicienne et compositrice au service de grandes familles. Dans son œuvre se cacherait le premier opéra composé par une femme.

Ecouter son portrait

Émilie Mayer

Compositrice allemande de musique instrumentale la plus prolifique du XIXe siècle, Emilie Mayer est très jeune plongée dans la musique.

Ecouter son portrait

Cécile Chaminade

Compositrice française reconnue dans le monde entier même à son époque, élève de Félix Le Couppey et de Benjamin Godard, Cécile Chaminade laisse près de 400 œuvres, notamment des suites pour orchestre, un opéra-comique mais aussi une large œuvre pour la musique de chambre.

Ecouter son portrait

Amy Beach

Amy Beach est une compositrice née à la fin du XIXe siècle qui participera à la création d’un véritable style classique américain. Première compositrice américaine à avoir une symphonie publiée, elle tentera toute sa vie de donner conseils aux autres femmes désireuses de vivre de leur musique et participera à la création de la Société des Femmes Compositrices Américaines en 1925.

Ecouter son portrait

Florence Price

Compositrice, pédagogue, Florence Price se bat pour faire jouer sa musique par de grands orchestres. Et elle y arrivera. Elle est la première femme afro-américaine à avoir une symphonie jouée par un orchestre réputé : l’Orchestre Symphonique de Chicago en 1933.

Ecouter son portrait

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK