"Les deux Papes", une joute verbale sur la foi et sur l'Homme passionnante

"Les deux Papes"
"Les deux Papes" - © Netflix

Dans sa chronique cinéma de cette semaine, Nicolas Buytaers nous parle du film "Les deux Papes" de Fernando Meirelle, sur le dialogue idéologique entre le Pape Benoît XVI et le futur Pape François.

Une chronique cinéma à écouter dans son intégralité ci-dessous.

Les deux Papes

Deux papes, c'est le titre en français de ce film argentin, ou plutôt "Un pape et demi" ou "Un pape et un futur pape" ! Ce film nous raconte une drôle de confrontation, de discussion entre deux hommes. D'un côté, vous avez le pape Benoit XVI (l'ex-cardinal Ratzinger désigné pape à la mort de Jean-Paul II) et de l'autre vous avez le cardinal Bergolio (le futur pape François). Ces deux hommes d'Église se situent à l'opposé l'un de l'autre. Autant, Benoit XVI est un conservateur pur et dur, autant Bergolio se veut plus progressiste. Comme ils ne s'entendent pas et que la nouvelle direction de l'Église Catholique prise avec l'arrivée de Benoit XVI ne plaît guère à Bergolio, ce dernier décide de démissionner. Quand il vient présenter sa démission au Vatican, le pape Benoit XVI l'invite à échanger leurs points de vue.

Et c'est là justement que ce film devient passionnant. On ne sait pas si cette rencontre a réellement eu lieu et si elle s'est déroulée comme ça. Cet échange idéologique sur la foi, sur l'Homme, sur l'Église est tantôt drôle, tantôt engagé. Il sonne toujours juste. Il faut dire qu'il est interprété par deux acteurs de talent : Anthony Hopkins (Benoit XVI) et Jonathan Pryce (Bergolio). Alors, on pourrait reprocher à cette joute verbale de n'être que du théâtre filmé et c'est là qu'intervient le style et le savoir-faire du réalisateur brésilien Fernando Meirelles (La cité de Dieu, The Constant Gardener). Avec sa caméra sur l'épaule, l'image est toujours en mouvement. Ce qui donne encore plus de rythme à cet échange prenant !

Lola vers la mer

Lola a 18 ans. Elle est transgenre. Elle est née garçon. Aujourd'hui elle va pouvoir se faire opérer et accepter qui elle est vraiment. Cette opération doit être financée par sa mère. Malheureusement la maman de Lola décède. Et voilà la jeune fille obligée de retrouver son père qu'elle n'a plus vu depuis deux ans. Comme tous les oppose, leurs retrouvailles ne seront pas simples.

Lola vers la mer est un film intéressant car il est porteur d'un message fort, mais il est aussi plein de finesse et de tendresse. Le message est simple : pour accepter ce que nous sommes et pour accepter l'autre, il faut aller au-delà des apparences. Bref voilà une leçon d'humanité simple qu'il est toujours bon de rappeler. Ici, cette leçon se fait sur base de transidentité, un sujet bien d'actualité. Quant à la tendresse, on la doit au regard porté par Laurent Micheli, le réalisateur de ce road-trip, mais aussi et surtout à ce duo d'acteurs étonnants : le film est emmené par Benoit Magimel et Mya Bollaers, une belge à suivre !

Docteur ?

Une dernière osculation ? Pour rester dans le thème de la comédie, Docteur ? de Tristan Séguéla (le fils du publicitaire Jacques Séguéla). On lui devait déjà Rattrapage et 16 ans ou presque. Ici, il nous raconte l'histoire de Serge, le docteur Mamou Mani. Nous sommes le soir de Noël et Serge est le seul docteur disponible de SOS-Médecin. C'est donc à lui de s'occuper des cas désespérés de cette longue soirée. Mais voilà, il se fait très très mal et ne peut presque plus bouger. C'est là qu'il croise la route de Malek, un livreur à vélo. Les deux hommes vont alors s'entraider et Malek va jouer au docteur tout en étant guidé par Serge.  

Beaucoup de quiproquos dont se joue facilement notre duo de héros. Un duo joué par Michel Blanc en médecin bougon, râleur et désabusé et le youtubeur et humoriste Hakim Jemilli qu'on devrait certainement revoir bientôt.

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK