Une réouverture de l'Opéra de Rome dès juillet, mais en plein air

Bien que l'Italie ait été durement touchée par l'épidémie de Covid-19, le surintendant de l'Opéra de Rome annonce une reprise des activités lyriques dès la mi-juillet. 1000 personnes pourront participer, en plein air et à un mètre de distance, au "Rigoletto" de Verdi, dirigé par Daniele Gatti. L'opéra se veut un modèle pour les autres villes.

Dans un article récemment paru dans le quotidien italien "Corriere della Sera", l'Opéra de Rome a officiellement annoncé son intention de rouvrir au public dès la mi-juillet, par la voix de son surintendant Carlo Fuortes. Il n'est bien sûr pas encore envisageable d'accueillir le public dans les salles, puisque les rassemblements de plus de 200 personnes en intérieur sont interdits en Italie, potentiellement jusqu'à l'automne. Mais avec l'accord du conseil scientifique local et des autorités romaines, l'Opéra de Rome a trouvé la parade et pourrait devenir le premier établissement lyrique à reprendre ses activités.

L'idée est simple, dans les mots de Carlo Fuortes : organiser une "saison estivale en extérieur, en juillet". Au lieu des thermes de Caracalla, où l'opéra de Rome a l'habitude de se produire l'été, il investira la vaste pelouse de la Piazza di Siena, dans l'enceinte de la Villa Borghese. Il est possible d'y accueillir jusqu'à 1000 personnes (la limite maximale autorisée en extérieur), artistes et équipe technique inclus, dans le strict respect des contraintes gouvernementales et des distances de sécurité : il est prévu que les sièges soient espacés et rigoureusement numérotés.

Une mise en scène pensée pour respecter les contraintes de sécurité

Au programme des premières représentations, le célèbre opéra "Rigoletto" de Verdi. C'est Damiano Micheletto qui se chargera de la production et de l'épineux problème de la mise en scène. Elle devra elle aussi respecter les contraintes sanitaires, ce qui représente une gageure, notamment pour respecter l'action dramatique : on pense notamment au fait que Madeleine sera contrainte de se tenir à bonne distance du duc. Mais, on le sait, en matière d'art, les contraintes peuvent s'avérer étonnamment stimulantes. Des projections vidéo pourraient notamment être mises à contribution. C'est Daniele Gatti, directeur musical de l'Opéra de Rome, qui assurera la direction de l'orchestre. Certains musiciens italiens ont déjà fait connaître leur participation au projet : Vittorio Grigolo, Rosa Feola et Luca Salsi.

Au-delà de cet opéra, c'est tout un festival qui est d'ores et déjà envisagé par Carlo Fuortes. Après Rigoletto, le "Barbier de Séville" de Rossini devrait suivre. À plus long terme, on sait déjà que Mario Martone adaptera aux consignes de sécurité sa mise en scène de la "Clémence de Titus" de Mozart, qui doit ouvrir la nouvelle saison de l'Opéra de Rome en novembre prochain.

Cette initiative ne saurait véritablement être rentable, étant donné les importants moyens à mettre en œuvre et les restrictions au niveau du public, mais la direction de l'opéra espère pouvoir compter sur un amortissement des coûts, ainsi que sur un financement extraordinaire des théâtres par les autorités publiques. Par cette initiative, l'opéra de Rome se veut un modèle pour les institutions culturelles des autres grandes villes.