Un disque et un film enregistrés en confinement sur l’orgue de Notre-Dame du Sablon

Ce vendredi 1er mai, cinq organistes belges de renom se sont réunis pour enregistrer un disque et un film sur l’orgue de tribune de l’église Notre-Dame du Sablon. Au programme : du Jean-Sébastien Bach et de la musique locale. Cette initiative, qui émane de Bernard Foccroulle, s’inscrit dans le cadre de la collaboration avec le réseau européen ECHO et sera suivie par 6 autres villes.

En ce premier jour de mai, qui avait cette année un air de "fête du télétravail", en plein cœur de Bruxelles, cinq organistes belges ont uni leur talent pour faire retentir l’orgue de tribune de l’église Notre-Dame du Sablon, actuellement fermée en raison des mesures de confinement. Naturellement, aucun public ne pouvait assister à la prestation. Il ne s’agissait donc pas d’un concert, mais d’une captation à la fois sonore et audiovisuelle, en vue de réaliser un album et un film, destinés à être diffusés dans toute l’Europe.

Le projet émane de l’un des musiciens, Bernard Foccroulle, ancien professeur d’orgue au Conservatoire Royal de Bruxelles. Benoît Mernier (qui lui a succédé à ce poste), Arnaud Van de Cauter (professeur d’orgue au Conservatoire Royal de Liège) et Roland Servais, les trois organistes titulaires de l’instrument, ont également participé à l’initiative, ainsi que Maria Vekilova. Les captations ont été réalisées par la webradio Organroxx, avec la contribution de Nico Declerck, lui-même organiste. Bien entendu, toutes les mesures d’hygiène et de distanciation sociale requises ont été scrupuleusement respectées : tout était désinfecté entre chaque prestation.

Un instrument historique

Le film présente l’intérêt de mettre en lumière le travail de l’organiste en tribune, souvent invisible pour le public qui se trouve en bas. En outre, c’est l’occasion de valoriser ce très bel instrument. Comme tous les orgues anciens, il a connu une histoire faite d’accidents, de choix et de revirements. Construit par le facteur d’orgue bruxellois Jean-Baptiste Bernabé Goynaut en 1763, dans un buffet réalisé par le menuisier Jean Van Gelder, l’instrument d’origine a été modifié à de multiples reprises au cours du temps. Il a notamment été entièrement renouvelé en 1893 par l’organiste Pierre Schyven. En 1989, lors de la reconstruction de l’instrument par le facteur d’orgue Georg Westenfelder sur base d’un projet de Jean Ferrard, la décision est prise de revenir au buffet d’origine et d’y reconstituer un instrument inspiré de la facture de Goynaut et des orgues bruxellois du 18e siècle. Un buffet de pédale séparé est alors ajouté à l’arrière afin d’étendre son répertoire.

Cette initiative bruxelloise s’inscrit dans le cadre d’une collaboration plus large avec tout le réseau ECHO (pour European Cities of Historical Organs, "Orgues historiques des villes européennes"). Ce réseau est une association entre neuf villes européennes qui ont le point commun de posséder des orgues historiques précieux et d’accorder un soin tout particulier à promouvoir la culture de l’orgue. Son but est de jouer un rôle fédérateur dans la gestion du patrimoine européen, notamment au niveau de la restauration, de l’entretien et de la conservation des instruments. Il propose en outre de nombreux projets : publication d’ouvrages et de matériel audiovisuel, organisation de masterclasses et d’échanges entre étudiants, promotion d’un concours européen, etc.

Dans ce cadre, six villes européennes vont prochainement emboîter le pas à Bruxelles. L’ensemble de ces prestations sera partagé au public dans le courant du mois de juin (via une retransmission à la télévision et sur diverses plateformes Web).

En attendant, les organistes titulaires de l’orgue du Sablon proposent régulièrement des vidéos artisanales sur leur page Facebook pour faire retentir l’instrument en dépit de l’absence d’offices et de prestations publiques.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK