Troisième volet de la saison virtuelle de la Monnaie avec notamment La Flûte enchantée selon Castellucci

Depuis le début du confinement et la fermeture forcée de toutes les salles de concert et d’opéra, La Monnaie met tout en œuvre pour continuer à conserver un lien avec son public. Après le succès de ses deux "saisons virtuelles", l’institution lyrique bruxelloise livre un troisième volet avec la mise en ligne de six anciennes productions qui ont marqué La Monnaie, disponible sur le site de La Monnaie du 18 mai au 30 juin.

Les deux premières saisons virtuelles en streaming ont déjà séduit plus de 130.000 amateurs d’opéra, et proposaient de revoir de grandes productions de La Monnaie, telles qu’Aida, Le Conte du tsar Saltane, Macbeth Underworld ou encore Les Contes d’Hoffman. Pour ce troisième volet, La Monnaie met les petits plats dans les grands en vous proposant de revoir six productions qui ont fait les beaux jours de La Monnaie, avec notamment la très controversée interprétation de La Flûte enchantée de Mozart par le metteur en scène italien Roméo Castellucci.

Production phare de la saison 2018-2019, cette Flûte enchantée de Roméo Castellucci a fait parlé d’elle et a suscité un grand débat autour de la réappropriation et la réinterprétation des grands classiques lyriques. Une production qui ne laisse personne indifférent que vous pourrez revoir du lundi 18 mai au mardi 30 juin.

Les productions disponibles en vidéo à la demande

Die Zauberflöte

En s’armant d’une audace qui a fait couler beaucoup d’encre, Romeo Castellucci propose, avec Die Zauberflöte, une expérience d’opéra unique. En quête de l’esprit mozartien, le philosophe de la scène italien se plonge dans le conte de fées original pour en exposer la profondeur morale et esthétique.

Critique de Camille De Rijck.

Le coq d’or

Premier opéra interprété par Alain Altinoglu dans son costume de Directeur musical de la Monnaie, cette satire politique à la partition étincelante et au rythme effréné est parfaitement servie par la mise en scène fabuleusement onirique de Laurent Pelly. Un classique.

L’elisir d’amore

L’été approche et la troisième saison virtuelle de la Monnaie se pare de couleurs tropicales avec cette production de la plus célèbre comédie de Donizetti, qui voit une distribution de qualité sous la direction de Thomas Rösner faire des vocalises sur une plage de sable fin, en sirotant un élixir d’amour aux allures de cocktail fruité.

Lohengrin

Grand succès populaire récent de la Monnaie, la légende du Chevalier au cygne est magnifiée par Olivier Py dans une production questionnant la facette politico-révolutionnaire de Wagner. À la tête des forces musicales, Alain Altinoglu fait ressortir L’Épiphanie sur l’amour véritable et inconditionnel de l’imposante partition.

Béatrice et Bénédict

"Cette partition est l’une des plus vivantes et des plus originales que j’aie jamais écrites", a déclaré Berlioz lui-même. Dans cette production extra-muros, le chef d’orchestre Jérémie Rohrer met en lumière la musique du brillant orchestrateur français, tandis que les protagonistes de Richard Brunel tentent de faire face à leur propre traumatisme.

Orfeo&Majnun

Une histoire d’amour qui rapproche les cultures, une partition mêlant musique orientale et occidentale, un projet communautaire révélateur de la diversité de Bruxelles, de l’Europe et du monde : Orfeo et Majnun est un spectacle de théâtre musical sans frontières issu de la collaboration entre trois compositeurs, deux librettistes et deux metteurs en scène.