Sur mesures, n °2 : Colette Lambrichs, comment faire La Différence

Colette Lambrichs devant l’immeuble conçu par Charles Lambrichs (Saint- Josse-ten-Noode, 7 septembre 2013).
Colette Lambrichs devant l’immeuble conçu par Charles Lambrichs (Saint- Josse-ten-Noode, 7 septembre 2013). - © Tous droits réservés

Ce samedi 14/09 à 16h, la deuxième édition de Sur mesures sera dédiée à l'éditrice et auteure Colette Lambrichs. Philippe Dewolf l'a rencontrée à Bruxelles.

Samedi 7 septembre 2013, gare du Midi. Colette Lambrichs vient d’arriver de Paris et nous évoque son père, Marcel Lambrichs, qui tout comme son grand-père, Charles Lambrichs, était architecte à Bruxelles. Au sortir de la gare, nous traversons la place Horta! Et Colette Lambrichs, face à la tour du Midi, de nous apprendre que son père y avait aussi collaboré. Non sans souligner le manque d'urbanisme à Bruxelles et se montrer critique par rapport au fonctionnalisme à l'américaine en vogue à partir des années 1950.

Avant de rejoindre le studio de la radio où nous parlerons de ses métiers d’auteur et d’éditeur, nous passerons encore à la colonne du Congrès, pour nous arrêter devant le chantier de rénovation de la Cité administrative dont Marcel Lambrichs a également établi les plans, ainsi qu’au 52-54 de la rue du Moulin, immeuble de logements sociaux répartis comme dans un familistère et qui doit l’harmonie et la simplicité de ses proportions à Charles Lambrichs ; il a réalisé là un immeuble sur mesures, au gabarit de la rue et des maisons qui l’entourent.

Dans Éléonore, son tout récent roman qui fait partie de la rentrée littéraire 2013, Colette Lambrichs revient également sur ses années bruxelloises, avant d’élire domicile à Paris, en 1972. Elle peut se montrer féroce envers les beaux esprits de la bonne société, tout comme elle a toujours été stupéfiée par un certain laisser-aller à la belge (la Belgique serait un modèle indépassable en matière d’inachèvement).

Lorsqu’elle rejoint l’équipe des Editions de la Différence, fondées à Paris en 1976 par Patrick Waldberg, Joaquim Vital et Marcel Paquet, commence une aventure littéraire qui entend faire la différence avec la chasse aux best-sellers. L’oncle de Colette Lambrichs, Georges Lambrichs, avait fondé une collection de grande qualité, Le Chemin, chez Gallimard. A cette époque se sont nouées des fidélités, dont celle de Michel Butor. La Différence est aussi une maison qui met en valeur des poètes et écrivain belges, parmi lesquels Jacques Izoard dont les œuvres complètes y ont été réunies, Serge Delaive, prix Rossel pour Argentine.

De James Ensor à Fernando Pessoa, Sur mesures sera ponctué de lectures auxquelles Frédéric Baal, le fondateur du Théâtre Laboratoire Vicinal, apporte son concours et son engagement. Les musiques retenues par Colette Lambrichs ont ceci de particulier qu’elles font toutes apparaître la voix, de Misia pour le fado portugais à Kathleen Ferrier dans Mahler.

 

Photo : Colette Lambrichs devant l’immeuble conçu par Charles Lambrichs (Saint-Josse-ten-Noode, 7 septembre 2013)

 

 

 

 

 

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK