Sublimer la danse et le ballet : trois vidéos à savourer sur la plateforme 3e scène de l’Opéra de Paris

Depuis 2015, l’Opéra de Paris a fondé sa "3e scène" sur les terres numériques d’internet. Cette plateforme numérique s’ouvre en grand aux plasticiens, cinéastes, compositeurs, photographes, chorégraphes, écrivains, et les invite à venir créer des œuvres originales liées à l’Opéra national de Paris. Nous vous proposons de découvrir trois productions qui mettent en scène la danse et le ballet.

Dans cette recherche multidisciplinaire, les artistes s’approprient l’univers de l’Opéra et du ballet, y insufflent leur vision de cet univers, mettent en valeur certains aspects de la danse, les mouvements, les coulisses, ou encore mettent en lumière le travail de l’ombre des artisans sans qui l’opéra ne pourrait pas fonctionner. 3e scène se veut un lieu d’échange, d’expérimentation où "tradition, création et nouvelle technologie sont, une fois mariées, synonymes de modernité."

Nephtali, dessiner la danse

4 images
© Glen Keane

Le court-métrage Nephtali a été réalisé par l’animateur Glen Keane, en collaboration avec la danseuse Marion Barbeau. Glen Keane n’est pas un novice dans l’animation, puisqu’il a travaillé pendant plus de trente ans pour les studios Disney et a inventé des personnages iconiques, tels que la petite sirène Ariel, Tarzan, Pocahontas ou encore la Bête de la Belle et la Bête.

Avec la danseuse Marion Barbeau, Keane a imaginé une chorégraphie aérienne, représentant la grâce d’une danseuse, qu’il compare dans ce court-métrage à une biche. Après des heures d’observation et de travail avec la danseuse, Glen Keane nous livre un court-métrage poétique, mêlant film et images d’animation.

Giselle : The Walking Landscape, hommage aux métiers de l’ombre

4 images
Giselle : The Walking Landscape © 3e scène – Opéra national de Paris

Ce film réalisé par le photographe et réalisateur David Luraschi rend hommage "à ceux qui fabriquent dans l’ombre" et participent à la réalisation d’un ballet. En l’occurrence, nous suivons le voyage de la toile de fond de l’acte 1 du ballet Giselle d’Adolphe Adam, présenté à l’Opéra national de Paris en 2015.

Dans ce petit film, on suit l’évolution de la toile, de sa réalisation dans l’Ateliers Berthier qui aura duré six semaines à son acheminement à l’Opéra de Paris, transportée par 24 machinistes, comme cela se faisait auparavant.

Clinamen, la danse des atomes

4 images
© OnP LFP

L’artiste numérique Hugo Arcier s’est donné comme défi de révéler "la quintessence de la danse et du mouvement". Dans le décor d’un Opéra Garnier futuriste, il filme trois danseurs et grâce à la motion capture transpose leur corps en un entrelacs d’atomes. On assiste alors à une envoûtante danse des atomes.