Sommeil : une œuvre de Max Richter pour vous aider à passer le cap du changement d’heure

Saviez-vous que le compositeur Max Richter avait composé une œuvre apaisante entièrement conçue pour être écoutée en dormant. Une bonne alternative au changement d’heure qui viendra, ce week-end, dérégler nos horloges.

On pensait en avoir fini avec les changements d’heures qui perturbent nos horloges internes, et pourtant, ce week-end, ça recommence : dans la nuit de samedi à dimanche, nous devrons, comme à chaque mois de mars, avancer d’une heure, nos montres, nos horloges, nos pendules et autres coucous. Pour beaucoup, ce changement d’heure est un cap difficile à passer.

À côté des moyens et techniques pour se préparer à ce changement d’heure, la musique peut également être une aide précieuse. Et parmi les musiques de méditations et zen, il existe une composition, signée Max Richter, qui a été écrite spécialement pour améliorer notre sommeil.

Sleep, la composition qui s’écoute en dormant

"Sleep" est une composition musicale hors du commun, signée par Max Richter. Sa particularité ? Durer huit heures et avoir été conçue pour être écoutée en dormant ! L’idée est de laisser la musique entrer en relation avec le subconscient, pour vivre l’expérience d’une dimension inconnue du temps. Calme et apaisante, cette œuvre nocturne offre un moyen original de se détacher de l’angoisse ambiante et de retrouver une paix intérieure dans la musique.

La nuit du 26 au 27 septembre 2015 restera dans les annales de la radio britannique BBC Radio 3. Cette nuit-là, la salle de lecture du musée-bibliothèque Wellcome Collection de Londres est devenue le théâtre insolite d’un double record mondial touchant l’univers de la radio : celui de la plus longue diffusion continue et de la plus longue diffusion continue live. Pendant huit heures d’affilée, le compositeur Max Richter, au piano et à l’électronique, s’est attelé à faire vivre sa dernière création, "Sleep", accompagné de la soprano Grace Davidson et de cinq instruments à cordes. Pendant ce périple musical d’une nuit, le public était invité à s’allonger sur des lits et à dormir pendant la performance.

Max Richter a conçu son œuvre comme une "Berceuse pour un monde frénétique". Un morceau qui a la particularité de n’être pas écrit pour une écoute active et attentive, mais pour oublier tout ce qui se passe autour de soi et entrer dans un autre monde, pendant le sommeil. L’idée est d’examiner la relation qui peut s’établir entre la musique et le subconscient, à ce moment précis où les heures semblent s’étirer indéfiniment. Pour réaliser cette pièce, il a collaboré avec le neuroscientifique américain David Eagleman et a intégré ses observations dans le processus de création de l’œuvre. "Je pense au sommeil comme à une expérience à l’intérieur de laquelle la musique et l’esprit peuvent interagir dans cet autre état de conscience, un état dans lequel nous passons des décennies de nos vies complètement immergées, mais qui jusqu’à présent demeure assez mal compris", explique le compositeur.

Une connexion nocturne à travers toute l’Europe

Depuis cette première mondiale en 2015 sur les ondes de BBC Radio 3, la pièce a été rejouée dans le monde entier, avec notamment des concerts à Paris, Los Angeles et Sydney. Tout récemment, dans le cadre de la crise du coronavirus, l’album de "Sleep" a connu un succès particulier, au point de revenir au premier rang du classement d’albums classiques du Billboard américain. C’est que, dans le contexte actuel, particulièrement anxiogène, les gens semblent à la recherche de musique paisible capables de les réunir et de les ressourcer…

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK