Shira Patchornik remporte le Concours Corneille de Rouen

Corneille ? Nous partîmes cinq cents mais par un prompt renfort, nous nous vîmes trois mille en arrivant au port. En vérité, ils furent une centaine à s’inscrire, vingt-deux à participer à la demi-finale et quatre à prendre part à la finale du Concours Corneille.

Celle-ci se déroulait ce dimanche après-midi, sous l’auguste présidence d’Andreas Scholl et avec rien de moins que les musiciens du Poème Harmonique comme écrin sonore. Le contre-ténor franco-britannique William Shelton est premier dans l’ordre de bataille ; voix d’une présence rare, parfaitement incarnée, mastodonte de musicalité et de maturité. Que dire après ça ? Le ténor colombien Camilo Delgado Diaz ne tremble pas et s’impose par des incarnations attachantes. Vient ensuite la soprano israélienne Shira Patchornik qui en l’espace de trois ou quatre mesures, par la dimension de sa voix et ses innombrables qualités (beauté de timbre, rondeur, couleurs, puissance), achève de convaincre tout le monde qu’elle finira première. C’est avec infiniment d’élégance que la soprano autrichienne Johanna Rosa Falkinger clôt la finale avec un Da Tempeste virevoltant. 

Une heure plus tard, le jury proclame sans surprise la victoire de Shira Patchornik (à gauche sur la photo). Johanna Rosa Falkinger est classée deuxième. William Shelton rentre chez lui avec le prix du public et le prix Jeune Talent.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK