Selon une étude, écouter Beethoven ou Chopin favoriserait la réussite des étudiants aux examens

Écouter de la musique classique pendant l’étude et notre sommeil permettrait aux étudiants de mieux réussir leurs examens. C’est en tout cas ce qu’affirme une étude américaine menée par une équipe qui analyse l’effet du sommeil sur l’apprentissage des êtres humains.

Le mois de mai rime, pour des milliers d’étudiants, avec le blocus et les examens de fin d’année. Une période extrêmement stressante – d’autant plus en cette année 2020 où les examens se déroulent en grande partie en ligne, confinement oblige – durant laquelle on demande aux étudiants d’emmagasiner une grande quantité d’informations et de données. Et si cette étude pouvait être favorisée par l’écoute d’œuvres de musique classique pendant l’étude et pendant le sommeil ? Un peu de Beethoven, de Chopin ou de Vivaldi pour augmenter ses chances de réussite, il y a pire non ?

C’est en tout cas ce que révèle une étude américaine, qui se base sur un principe appelé la "réactivation de mémoire ciblée".

Déroulé de l’expérience

L’expérience a été réalisée sur cinquante étudiants en microéconomie âgés entre 18 et 33 ans. Pendant leur étude en vue d’un examen, ils ont écouté des morceaux de musique classique, tels que le premier mouvement de la Sonate au clair de lune de Beethoven, le Printemps de Vivaldi ou encore le Nocturne en mi bémol majeur de Chopin.

Ensuite, pendant la nuit, les étudiants ont été divisés en deux groupes : un groupe à qui on a diffusé les mêmes œuvres de musique classique pendant la nuit et un autre qui a dormi sans musique.

Le résultat de l’étude démontre que le lendemain, les étudiants qui avaient dormi la veille avec de la musique classique avaient de meilleurs résultats (18% plus élevés) à l’examen de microéconomie du lendemain que les étudiants ayant dormi sans musique classique. Par contre, les effets bénéfiques de la musique classique semblent être de courte durée et s’estomper avec le temps si l’expérience n’est pas répétée. Les étudiants participant à l’étude ont en effet repasser l’examen neuf mois plus tard et les résultats du groupe "musique classique" n’étaient plus supérieurs à ceux du groupe sans musique classique.

Etudier en dormant ? Grâce au principe de réactivation de mémoire ciblée

Cette étude se base sur le principe de réactivation de mémoire ciblée. De nombreuses études ont en effet démontrer l’effet bénéfique du sommeil sur notre mémoire. En dormant, il est possible d’aider le cerveau endormi à rejouer certaines mémoires déjà existantes en lui envoyant des stimuli bien précis. Dans le cas de notre étude, le stimulus en question est un son, le morceau de musique classique, que l’on a préalablement associé à l’étude de l’examen de microéconomie.

Ensuite, pendant le sommeil, la diffusion de ces mêmes morceaux de musique classique a permis aux cerveaux des étudiants de réactiver la mémoire de l’étude de la veille pour consolider les informations apprises la veille.

Par contre, les effets bénéfiques sont de courtes durées si l’expérience n’est pas répétée. Ainsi, l’une des perspectives de cette étude serait d’envisager la répétition de cette expérience : apprentissage avec un stimulus et application de la réactivation de mémoire ciblée, afin de voir si plusieurs sessions de réactivation de mémoire ciblée faciliteraient les résultats d’apprentissage à long terme en classe.

Toujours est-il que de nombreux étudiants révisent déjà leurs examens en écoutant de la musique classique. Il leur reste plus qu’à tenter l’expérience d’écouter ces morceaux la nuit précédant leur examen.