Romain Dayez et Jean-Paul Dessy livrent une relecture contemporaine d’une œuvre d’Hildegarde von Bingen

C’est un voyage entre enfer et paradis que nous proposent le baryton Romain Dayez et le violoncelliste Jean-Paul Dessy, à travers ce nouveau projet intitulé Ad Lucem, qui mêle musique sacrée du XIIe siècle et sonorité électronique, disponible jusqu’au 16 mai sur le site de Mars – Mons Ars de la scène.

Quand deux personnalités belges de la création musicale se rencontrent autour d’une des œuvres d’Hildegarde von Bingen, cela donne un projet des plus intéressant, où la musique sacrée côtoie la musique électronique. Le violoncelliste Jean-Paul Dessy et le baryton Romain Dayez, passionné de chant grégorien et de musique électronique, proposent une relecture contemporaine du drame lyrique Ordo Virtutum composé au XIIe siècle par Hildegarde Von Bingen, figure majeure de la spiritualité médiévale, nous emmenant dans les hautes sphères spirituelles de l’âme humaine.

À lire aussi : La Gymnopédie n°1 d’Erik Satie reprise en version électronique par Thylacine

Cette œuvre, initialement écrite pour des voix de femmes, est incarnée par la voix d’un baryton et celle d’un violoncelle, accompagnées d’une orchestration électronique.

Ce n’est pas la première fois que le baryton belge Romain Dayez fait se rencontrer musique ancienne et sonorités électroniques. Passionné qu’il est de musique électronique, et érudit de la tradition du chant grégorien, Romain Dayez a développé Le Rapt invisible, un projet musical basé sur la transdisciplinarité des arts, mêlant des répertoires vocaux sacrés anciens mêlés à la musique électronique et à une mise en scène contemporaine.

Découvrez donc cette nouvelle collaboration de Romain Dayez, avec le compositeur, violoncelliste, chef d’orchestre et directeur musical de l’ensemble Musique Nouvelle, Jean-Paul Dessy. Un concert disponible jusqu’au 16 mai.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK